Partagez | .
 

 Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est pas leurs différences, c’est leur connerie. Ҩ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est pas leurs différences, c’est leur connerie. Ҩ   Sam 15 Juin - 23:40

Je n’en pouvais plus. Une semaine, c’était trop pour moi. Une semaine à supporter le regard de cet homme. Une semaine à attendre parler de mariage. Une semaine à voir ma mère sur une autre planète. Et surtout une semaine à croiser Léon.  A nier chacun de mes désirs. A nier mes sentiments. Une semaine à faire comme si tout était normal alors que cette situation me rendait dingue. Une semaine c’était bien trop pour moi. Du coup, j’avais décidé de prendre mon téléphone. Et d’envoyer un message à Nathan. Puisque lui aussi se retrouvait ici. Perdu dans ce si petit village. J’allais pouvoir le voir. Passer un moment avec lui. Avoir quelqu’un sur qui compter. Il me connaissait depuis si longtemps il faut dire. Et puis Nathan, je crois qu’il savait tout de ma vie. Et si je venais à lui cacher quelque chose, il saurait tout de suite. J’en étais certaine.

Enfin je prenais mon sac. Je mettais mes chaussures. Et hop, c’était parti ! Je n’avais pas passé une heure devant mon armoire comme ma mère l’aurait fait. Parce qu’à mes yeux un jean, un t-shirt, c’était très bien. Je n’avais pas besoin de me mettre sur mon trente-et-un. Surtout qu’il devait encore se souvenir de moi en couche-culotte alors bon. Et puis, il fallait vraiment que je sorte d’ici. Il fallait que je quitte cet environnement au plus vite. Je n’avais même pas envie de rester pour jouer les divas à chercher une tenue. Il fallait que j’aille ailleurs. Et plus particulièrement, il fallait que je voie Nathan. Vraiment. Parce que oui, j’aurais pu sortir. Simplement m’aérer. Mais, là, ça ne suffisait pas. J’avais besoin de quelqu’un à qui parler. Quelqu’un de confiance. Pas quelqu’un qui me regarde de travers comme tellement de personnes ici. Non, je voulais "mon" Nathan.

Soit, étant dans le même Quartier, j’avais laissé ma voiture. Ce n’était pas loin. Et mes cours de médecine me montaient à la tête. Prendre soin de son corps et tout ça.  Ou le besoin d’oxygène, oui c’était fort possible aussi. Enfin ayant monté les marches quatre à quatre, je me retrouvais rapidement devant la porte de son appartement.  J’abordais alors un sourire avant même de sonner. Et sans m’en rendre compte. Mon doigt appuya alors sur la sonnette.  J’attendais alors qu’il m’ouvre la porte. Écoutant toute fois, les potentiels bruit de pas. Impatiente ? En effet ça pouvait m’arriver.

Cependant, Nathan ne me fit pas attendre.  Il m’ouvrit la porte faisant naitre un beau sourire sur mon visage. Sincèrement heureuse de le voir. « Hey ! Je ne te dérange pas hein ? T’as reçu mon message ? ». C’est vrai que j’étais tellement pressé de partir que je n’avais pas regardé. Je n’avais pas vérifié s’il m’avait répondu. Si tout était ok. Si ça se trouve je tombais super mal. Il avait peut-être autre chose de prévu. Je me sentais quand même un peu idiote là. Même si bon, c’était Nathan. Et qu’il avait l’habitude de mes petites boulettes. De mon naturel à mettre la charrue avant les bœufs.
Revenir en haut Aller en bas
Maire Hawkes
+ IN HAWKES WE TRUST
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK


- MESSAGES : 6104
- AVATAR : ANNA CHANCELLOR.
- CRÉDITS : avatar@lokiddles, sign@tumblr.
- EMPLOI : Maire de Painswick.
- POINTS : 7
Voir le profil de l'utilisateur http://youarenotalone.forumactif.org

MessageSujet: Re: Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est pas leurs différences, c’est leur connerie. Ҩ   Ven 21 Juin - 21:33

Cela faisait désormais quelques jours que Nathan avait appris la nouvelle, celle qui allait bouleverser sa vie, et maintenant qu'il y réfléchissait à froid... Et bien ses sentiments n'avaient en fait pas changé des masses. Il allait devenir papa. Juliet et lui allaient avoir un enfant. Il avait beau avoir eu le temps d'y réfléchir, de se faire à la nouvelle, les phrases qu'il ne cessait de se répéter n'avaient toujours pas énormément de sens à ses oreilles. Il avait fait le calcul bien sûr, il savait ce que ça allait vouloir dire, mais il avait toujours l'impression de vivre dans une bulle, dans un autre univers dont on allait venir le tirer d'une minute à l'autre. Il avait vraiment l'impression d'avoir changé du tout au tout en l'espace de quelques minutes, et depuis que Juliet lui avait annoncé être enceinte, sa perception des choses avait changé elle aussi. C'était vraiment une sensation étrange, de continuer à effectuer les mêmes tâches tous les jours, d'avoir l'impression de vivre quelque chose d'exceptionnel et de se rendre compte que les autres quant à eux vivaient un jour totalement ordinaire. Il avait l'impression de vivre sur un nuage. Enfin, depuis l'annonce, il s'était montré très prévenant avec Juliet, et très présent, peut-être même un peu trop. Mais il avait raté les deux premiers mois de sa grossesse, et il ne voulait pas en rater plus que ça. Sans compter qu'il se sentait encore coupable de ne pas avoir été là pour elle avant ça, il essayait de se rattraper, rien de plus. Enfin il avait été tellement étouffant qu'au final, Juliet s'était quasiment enfuie ce matin après le petit déjeuner pour aller prendre l'air. Nathan avait essayé de la convaincre de le laisser venir avec elle, mais elle avait insisté pour y aller seule. Nathan ne pouvait pas réellement l'en blâmer. Enfin, du coup, ça lui laissait l'appartement libre pour la première fois depuis le retour de Juliet et alors qu'il était justement en train de se demander ce qu'il allait en faire, il reçut un message de Pomme. La jeune femme avait débarqué à Painswick suite à l'annonce du mariage de sa mère mais Nathan n'avait pas vraiment eu l'occasion de la voir. Maintenant était l'occasion parfaite. Il lui répondit aussitôt pour la rassurer et lui dire qu'elle pouvait passer sans problème et il remit son téléphone dans la poche de son jean. Il eut le réflexe de se mettre à ranger avant que Pomme n'arrive mais l'appart' était déjà niquel. On voyait que Juliet habitait de nouveau avec lui...

Il attendit donc patiemment que la jeune brune arrive et se précipita quasiment sur la porte quand quelqu'un vint finalement sonner. Nathan ne put réprimer un petit sourire amusé en entendant la question de Pomme et il leva brièvement les yeux au ciel, son sourire s'élargissant au fil des secondes. "Je l'ai reçu oui, je t'ai même répondu. Impressionnant un vieux comme moi qui sait se servir de la technologie, n'est-ce pas ?" 26 ans, c'était loin d'être vieux, mais vu que Pomme était bien plus jeune que lui et qu'il l'avait connue bébé, ça l'amusait de se faire passer pour quelqu'un qui aurait le double de son âge. Il lui lança un grand sourire avant de faire un pas vers elle et de la prendre doucement dans ses bras. Ça faisait un bon moment qu'il ne l'avait pas vue, et elle lui avait sérieusement manqué. En fait, tous les gens qu'il connaissait de Londres lui avait manqué - certains plus que d'autres certes - mais ça lui faisait du bien de les revoir, ça lui donnait l'impression d'être enfin un peu chez lui. Il finit par déposer un rapide baiser dans les cheveux de Pomme avant de s'écarter et de la relâcher. Quand il baissa les yeux sur elle, un large sourire illuminait toujours son visage. "Tu sais très bien que tu ne me déranges jamais ! Et puis, ça me fait tellement plaisir de te voir, ça commençait à faire un peu trop longtemps à mon goût." C'était de sa faute après tout, c'était lui qui s'était enfui de Londres, d'ailleurs il n'en avait toujours pas expliqué les raisons à la jeune femme. Enfin, il pourrait bien le faire maintenant, il n'était plus sûr que ça ait énormément d'importance. Il ouvrit la porte en grand pour la laisser passer et l'invita à rentrer d'un geste du bras. "Entre, entre, et fais comme chez toi je t'en prie." Il détestait que les gens ne se sentent pas à l'aise chez lui, surtout quand il les aimait autant que Pomme. Il s'avança dans le couloir et débarqua dans le salon. Il bifurqua immédiatement pour passer derrière le comptoir de la cuisine et ouvrit le frigo. "Tu veux quelque chose à boire ?" Elle n'avait pas encore répondu qu'il avait presque déjà la cannette de soda en main. Enfin il était comme ça. Il sortit la tête du frigo, attendant la réponse de la jeune femme. "Pas trop dur d'emménager ici ? Ça doit pas être évident à gérer..." Il grimaça légèrement, s'appuyant sur la porte encore ouverte du frigo.

Spoiler:
 

_ _ _ _ _ _ _ _ _
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est pas leurs différences, c’est leur connerie. Ҩ   Dim 23 Juin - 14:27


J’étais sotte quand je m’y mettais. Je lui envoyais un message pour lui demander si je pouvais passer. Mais, je ne regardais pas la réponse. En tout cas, ma bêtise avait l’air de l’amuser. « Je l'ai reçu oui, je t'ai même répondu. Impressionnant un vieux comme moi qui sait se servir de la technologie, n'est-ce pas ? ». J’affichais un sourire amusé. Genre il était vieux ! Il me faisait rire quand il agissait comme ça. « C’est moi qui suis trop petite pour m’en servir, j’ai pas pensé qu’il fallait regarder si tu m’avais répondu. ». J’affichais un énorme sourire. J’étais sincèrement super heureuse de le revoir. Et ça semblait réciproque vu son beau sourire. Il me prit alors dans ses bras. Un câlin qui me fit réellement du bien. Je le connaissais depuis trop longtemps pour me passer de sa présence. De son affection. Et ça faisait bien trop longtemps que je ne l’avais pas vu aussi. Elle déposa alors un baiser dans ma crinière brune, avant de s’écarter. Je ne pouvais pas m’empêcher de sourire. En même temps, avec lui, quelle raison aurais-je de ne pas le faire ? « Tu sais très bien que tu ne me déranges jamais ! Et puis, ça me fait tellement plaisir de te voir, ça commençait à faire un peu trop longtemps à mon goût. ». Il n’avait pas tort sur ce coup-là. En même temps il était parti de Londres, ce qui rendait les choses compliquées. Mais il n’y avait plus de raisons pour que ça arrive maintenant. On était tous les deux dans cet endroit perdu. « Oh oui, sacrément long, mais, je laisserai plus jamais ça arriver ! ». Et en fait, il pouvait en être certain. J’allais faire comme avant. Aller le voir aussi souvent que je peux.

Il ouvrit alors la porte en grand. Me faisant réaliser, que oui. Pour le moment nous étions toujours sur le palier. Amusée, je suivais son geste du bras. Rentrant dans son appartement. « Entre, entre, et fais comme chez toi je t'en prie. ». J’entrais en effet. Mais pour le moment je ne faisais pas comme chez moi. Je me perdais à observer son chez lui. Parce que bon je n’y avais jamais mis les pieds. « Tu veux quelque chose à boire ? ». Je tournais alors la tête vers lui. Il était déjà dans le frigo avant même que j’ai répondu. J’affichais un sourire amusé avant de répondre. « Oui je veux bien, donne-moi ce qui te tombe sous la main s’il te plaît. ». Oui, soda ou jus de fruit qu’importe. Même de l’eau ça m’allait. Je n’allais pas l’embêter avec ça quand même. « Pas trop dur d'emménager ici ? Ça doit pas être évident à gérer... ». Je grimaçais tout comme lui. Il y en avait des choses à dire sur cet emménagement. Et il n’y avait rien de vraiment facile. « Oh bah j’ai l’impression d’être un extraterrestre dans le village mais, j’imagine que je suis pas la seule hein ? ». Après tout, lui aussi ne devait pas être forcément à l’aise, si ? « Mais je crois que le plus dur à gérer c’est la nouvelle vie de « famille »…ce mariage va me rendre dingue. ». Je grimaçais à nouveau. Rien qu’en repensant à tout ça, je me disais que c’était surréaliste. Entre mon beau-père et Léon. Et le comportement de ma mère. C’était… dur. « Et toi au fait, tu m’as dit ce que tu faisais ici ? ». J’abordais alors un petit sourire curieux. Ne sachant pas vraiment pourquoi il avait quitté Londres.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maire Hawkes
+ IN HAWKES WE TRUST
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK


- MESSAGES : 6104
- AVATAR : ANNA CHANCELLOR.
- CRÉDITS : avatar@lokiddles, sign@tumblr.
- EMPLOI : Maire de Painswick.
- POINTS : 7
Voir le profil de l'utilisateur http://youarenotalone.forumactif.org

MessageSujet: Re: Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est pas leurs différences, c’est leur connerie. Ҩ   Lun 8 Juil - 20:05

C'était peut-être bête mais la réflexion de Pomme fit plaisir à Nathan. Il s'était senti tellement seul depuis qu'il avait débarqué à Painswick alors entendre la jeune femme lui assurer qu'elle comptait bien passer plus de temps avec lui lui faisait chaud au coeur. Enfin il commençait à avoir l'impression que les choses allaient s'améliorer. D'abord Juliet était venue à Painswick pour lui annoncer la plus grosse - si ce n'est la meilleure - nouvelle de toute sa vie et maintenant il retrouvait Pomme. Il l'avait vue grandir, et non seulement il l'adorait, mais en plus de ça, le fait de la revoir et d'avoir l'opportunité de renouer vraiment avec elle lui donnait l'impression de se sentir enfin chez lui. Il était temps, et il était bien d'accord avec elle sur une chose : il ne la laisserait pas s'éloigner à nouveau aussi facilement, sa présence lui faisait trop de bien pour ça. Il sourit presque malgré lui avant de sortir un soda pour la jeune femme et de le lui tendre. Le jeune homme n'avait pas spécialement envie d'attaquer directement avec le sujet qui fâche - en l'occurrence le remariage de la mère de Pomme - mais il n'avait pas non plus envie d'ignorer l'éléphant dans la pièce. Peut-être que la jeune femme avait envie d'en parler, ne serait-ce que pour se défouler. Il l'aurait laissé faire, avec plaisir même, et puis, si elle ne voulait pas en parler, elle pouvait toujours l'envoyer bouler, il n'en serait pas vexé pour autant, ce n'était pas tellement le genre de la maison. Il ne fut néanmoins pas surpris en entendant la réponse honnête et franche de la jeune femme. Il alla s'accouder au bar qui séparait la cuisine du salon et laissa échapper un petit rire. « Je te confirme que tu n'es pas la seule, non. Les gens me regardent encore comme si j'avais du marqueur partout sur le visage. » Il leva brièvement les yeux au ciel avant de lancer un sourire en coin à la jeune femme. Les gens s'étaient montré désagréable avec lui depuis qu'il avait mis les pieds ici, ce n'était pourtant pas faute d'essayer de s'intégrer. Mais il fallait croire que par ici, les étrangers on n'aimait pas trop ça. Surtout ceux qui débarquaient de la capitale.

Il fit le tour du bar et alla se placer à côté de la jeune femme, passant rapidement une main dans ses cheveux comme si ce simple geste avait encore le pouvoir de la rassurer et de la consoler. Si seulement les choses étaient restées aussi faciles. « Tu m'étonnes. » Lâcha-t-il dans un soupir avant de croiser les bras sur sa poitrine. Il aurait vraiment aimé faire quelque chose pour aider la jeune femme, mais il n'avait pas énormément de possibilités. Il allait falloir qu'elle s'y fasse, en attendant il serait toujours là pour elle si elle avait besoin de se défouler ou de se plaindre, et c'était à peu près tout ce qu'il pouvait faire. Il laissa échapper un nouveau rire en entendant la réflexion de Pomme et il passa sa langue sur ses lèvres avant de repasser derrière le bar et de se prendre une bouteille d'eau pour lui. Il en prit une gorgée avant de la poser sur le comptoir et de s'y rappuyer comme précédemment. Il laissa échapper un léger soupir avant de passer rapidement une main dans ses cheveux. « C'est vrai que je ne t'ai rien expliqué non plus... » Déclara-t-il doucement, un petit sourire timide au coin des lèvres. Par où commencer ? « Je te préviens c'est tordu. Et je suis désolé de ne pas t'avoir tout expliqué avant de partir, mais si ça peut te rassurer je n'en ai parlé à personne. » Rassurant n'est-ce pas ? Au moins elle savait que ça n'avait rien eu à voir avec elle, non, son père lui avait demandé de garder le secret et il s'était retrouvé obligé de respecter sa demande. « J'ai un demi-frère. » Il n'avait pas su par où commencer exactement, alors il avait balancé ça comme ça, histoire de se forcer à parler. Il massa lentement sa nuque pendant quelques secondes avant de reprendre. « J'ai appris ça en faisant la comptabilité de mon père. Il a eu une aventure avec une femme il y a à peu près vingt ans. Il m'a dit qu'il n'avait jamais essayé de contacter son fils, enfin son autre fils... qu'il se contentait d'envoyer de l'argent tous les mois, et que ma mère n'était au courant de rien. » Il lança un petit sourire triste à la jeune femme avant de laisser échapper un nouveau rire, sans joie cette fois-ci. « Je te laisse deviner où ce fameux demi-frère habite. » Il leva rapidement les yeux au ciel avant de boire une longue gorgée d'eau. Il s'était retrouvé avec la gorge soudainement sèche, étrangement.

Spoiler:
 

_ _ _ _ _ _ _ _ _
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est pas leurs différences, c’est leur connerie. Ҩ   Jeu 11 Juil - 18:47


Je prenais le soda que Nathan me tendait. Non sans un sourire. Bien trop heureuse de le retrouver pour faire autre chose. Et puis grâce à lui je me sentais moins seule ici. Ce village me donnait l’impression d’être une extraterrestre.  Nathan ne fut pas surpris de ma réponse aussi franche que possible. Elle le fit quand même rire légèrement alors qu’il s’accoudait au bar. « Je te confirme que tu n'es pas la seule, non. Les gens me regardent encore comme si j'avais du marqueur partout sur le visage. ». Il leva les yeux au ciel. Je ne pouvais m’empêcher de rire. Surtout en voyant son sourire en coin. Donc ce n’était pas que moi. Les étrangers n’étaient pas super bien vus ici.  Bon, c’était noté. « Je te rassure tout de suite, tu n’as rien. ». Je lui faisais un clin d’œil. N’ayant pu m’empêcher de rajouter une bêtise. En fait, le coup du marqueur ça me faisait penser à rondoudou. La boule rose dans les Pokémon. Oui, j’étais une grande gamine et alors ?

Parlant alors de ma famille si parfaite, Nathan s’approcha de moi. Il glissa une main dans mes cheveux. Je fermais les yeux. Appréciant ce geste tendre et naturel. Certes, il ne suffisait plus à me consoler. A me rassurer. Mais ça faisait du bien quand même. « Tu m'étonnes. ». Il souffla avant de croiser ses bras sur sa poitrine. Moi aussi, ça me faisait souffler cette histoire. Malheureusement il n’y avait pas grand-chose à faire contre ça. Même si j’avais beaucoup de choses à dire à ce sujet. J’avais d’abord d’autres questions à lui poser. Avant de prendre le risque de m’effondrer dans ses bras en lui racontant mes malheurs.

D’ailleurs je commençais avec mes questions. Notamment ce qu’il faisait dans ce petit village puisqu’il était parti sans rien me dire. Il laissa échapper un petit rire avant de se prendre une bouteille d’eau. Besoin de se désaltérer ? Si ça se trouve il avait une longue histoire à me raconter. Oui, j’étais excitée comme une petite fille. « C'est vrai que je ne t'ai rien expliqué non plus... ». Il avait un petit sourire timide. Mais franchement, je ne lui en voulais. C’était Nathan en même temps. Je le connaissais depuis tellement longtemps. Je l’appréciais bien trop pour faire semblant d’être vexée. « Je te préviens c'est tordu. Et je suis désolé de ne pas t'avoir tout expliqué avant de partir, mais si ça peut te rassurer je n'en ai parlé à personne. ». Je lui faisais un petit sourire. Le plus rassurant possible. « C’est pas grave, tu vas te rattraper maintenant. ». Je lui offrais un sourire amusé. En fait, je n’avais pas imaginé une seule seconde que son silence soit lié à moi. Peut-être parce que je ne trouvais pas de raison à cela. Et qu’autrement, il ne me ‘aurait pas accueilli comme ça.

Soit, Nathan reprit la parole. « J'ai un demi-frère. ». Là, je ne pouvais m’empêcher de montrer ma surprise. Ce n’était pas franchement le genre de déclaration auquel je m’attendais. Même si en fait, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Là ça commençait déjà à me sembler tordu, en effet. « J'ai appris ça en faisant la comptabilité de mon père. Il a eu une aventure avec une femme il y a à peu près vingt ans. Il m'a dit qu'il n'avait jamais essayé de contacter son fils, enfin son autre fils... qu'il se contentait d'envoyer de l'argent tous les mois, et que ma mère n'était au courant de rien. ». Il avait un sourire triste. Je ne pouvais que comprendre. Dans le genre secret de famille pas cool c’était pas mal. Son rire était sans joie. « Je te laisse deviner où ce fameux demi-frère habite. ». Il leva les yeux au ciel. Je lui offrais un petit sourire compatissant.  « Ici… ». Je soufflais avant de me rapprocher de Nathan. Déposant un baiser sur sa joue. Comme pour le consoler. « Quand tu disais que c’était tordu… On a tous les deux une famille tordue. ». Je fronçais les sourcils. Faisant la moue. Avant de lui faire un nouveau sourire. Même si je pensais à sa mère. Si elle le découvrait un jour ? Je n’aurais pas su dire ce qui était mieux. Que la vérité éclate ou que tout reste sous silence…  « Et du coup tu l’as rencontré ? ». Après tout, c’était pour ça qu’il était là ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maire Hawkes
+ IN HAWKES WE TRUST
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK


- MESSAGES : 6104
- AVATAR : ANNA CHANCELLOR.
- CRÉDITS : avatar@lokiddles, sign@tumblr.
- EMPLOI : Maire de Painswick.
- POINTS : 7
Voir le profil de l'utilisateur http://youarenotalone.forumactif.org

MessageSujet: Re: Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est pas leurs différences, c’est leur connerie. Ҩ   Dim 21 Juil - 18:38

Nathan s'en voulait réellement d'avoir attendu aussi longtemps pour mettre Pomme au courant. Il avait beau se dire qu'il n'avait pas eu le choix et qu'il n'en avait parlé à personne, il ne pouvait pas s'empêcher de se dire qu'il aurait quand même dû lui en parler. Certes, la géographie et les circonstances n'avaient pas été de leur côté puisqu'ils ne s'étaient quasiment pas vus depuis que Nathan l'avait appris, mais n'empêche qu'il avait choisi son père au lieu des gens qui lui étaient vraiment proches. Il avait surtout gardé le silence pour sa mère, mais il avait quand même rendu service à son père, il ne pouvait pas l'oublier. Il laissa échapper un bref soupir et hocha la tête quand Pomme supposa - très correctement - que son fameux demi-frère habitait à Painswick. Il n'essaya en revanche pas de réprimer un petit sourire en coin quand Pomme vint déposer un baiser sur sa joue. Ce n'était qu'un petit geste tout simple et naturel, mais venant de quelqu'un qui comptait autant pour lui que la jeune femme, ça aidait vraiment. Il se sentait déjà un peu plus léger. Non seulement il lui avait enfin expliqué la raison de son exil à Painswick, mais en plus de ça elle n'avait vraiment pas l'air de lui en vouloir. Il ne lui restait plus qu'à lui annoncer le fait qu'il allait bientôt devenir papa. Au moins celle-là, il venait juste de l'apprendre. Il grimaça légèrement en entendant la question que la jeune femme lui posa cependant. Il avait eu cette réaction à chaque fois qu'on la lui avait posée, mais c'était parce qu'à chaque fois il se sentait terriblement con. Ça faisait quoi ? Presque trois mois qu'il avait débarqué à Painswick et il n'avait pas encore trouvé le courage d'aller voir Matthew. Il était vraiment pathétique, il allait falloir qu'il se décide.

Enfin il laissa échapper un bref rire nerveux avant de passer une main dans ses cheveux. Elle allait se moquer de lui, enfin, il l'avait bien mérité. Il était parti de Londres sur un coup de tête pour au final... pas grand chose. Voire rien du tout, pour être tout à fait honnête. "Non je ne lui ai encore rien dit. Je l'ai à peine vu. On a passé un petit moment ensemble au rose & crown un soir mais depuis plus rien. J'ai pas envie d'être le type qui débarque dans sa vie pour tout chambouler." Il grimaça à nouveau avant de lancer un petit sourire timide à Pomme. Il aurait toutes les raisons de le détester en plus de ça, et Nathan n'était pas encore sûr d'être prêt à accepter ça. Plus il restait ici plus il aurait du mal à supporter que Matthew l'envoie chier et plus ça devenait dur de tout lui dire. "Daniel a jamais voulu entendre parler de lui. Il ne connaissait même pas son prénom, il a toutes les raisons du monde de détester son père. Alors si je débarque comme une fleur en lui disant que je suis la raison pour laquelle il a dû grandir sans père... Je suis pas sûr qu'il m'accueillera à bras ouverts, tu vois ?" Si Daniel, son père, enfin leur père n'avait pas été marié avec un fils qui l'attendait à la maison, il aurait peut-être reconnu l'enfant. Il ne le saurait probablement jamais, est-ce que ça avait la moindre importance en même temps ? Le doute planerait toujours au-dessus d'eux. "J'ai essayé de lui parler sans réellement me présenter mais bon, tu as remarqué que les gens ne sont pas spécialement sympas avec les étrangers par ici. Ça n'a rien donné." Mais il n'avait plus envie de parler du désastre que s'était avéré être son exil à Painswick. Il en avait assez de se flageler pour son incapacité à aller voir son demi-frère, il aurait le temps de le faire plus tard. Il avait envie d'avoir des nouvelles de Pomme, surtout que sa situation à elle semblait bien plus délicate que la sienne. "Mais assez parlé de moi et de mes soit-disants problèmes. Tu t'en sors toi ? Tu ne m'as pas encore dit comment est ta future belle-famille." Il grimaça à nouveau, connaissant assez bien les clichés sur les belles-familles et les familles recomposées. Comme par anticipation il passa à nouveau ses bras autour de Pomme et déposa un long baiser dans ses cheveux.

Spoiler:
 

_ _ _ _ _ _ _ _ _
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est pas leurs différences, c’est leur connerie. Ҩ   Lun 22 Juil - 22:25


En voyant Nathan grimacer, je comprenais que le sujet n’était pas à son aise. Je fronçais les sourcils. Il ne l’avait pas rencontré ? Ou cela c’était mal passé ? Nathan laissa un rire nerveux lui échapper. Passant alors sa main dans ses cheveux. Je ne cachais pas mon sourire amusé. Ses petits tics, je les connaissais. Et ils m’avaient manqué. « Non je ne lui ai encore rien dit. Je l'ai à peine vu. On a passé un petit moment ensemble au rose & crown un soir mais depuis plus rien. J'ai pas envie d'être le type qui débarque dans sa vie pour tout chambouler. ». Il grimaça à nouveau. Avant de m’offrir un sourire timide, moi je lui offrais un sourire le plus réconfortant possible. Au début, j’avais envie de me moquer gentiment de lui. Parce que bon, il était parti comme ça. Et finalement, il n’avait rien fait. Mais, c’est vrai qu’en y pensant à deux fois… se permettre de bousculer la vie des gens ainsi était un peu risqué tout de même. « En fait, je voulais me moquer de toi… mais, je crois que la raison est légitime. ». Je haussais les épaules avec un petit sourire. Je n’étais pas du genre à cacher ce que je pensais. Ni même mes intentions.

En tout cas, Nathan continua son explication. Prouvant à ma petite tête qu’il avait sans doute bien fait. Ou du moins, que j’aurais sans doute fait la même chose. Réfléchir à deux fois avant de foncer tête baissée. « Daniel a jamais voulu entendre parler de lui. Il ne connaissait même pas son prénom, il a toutes les raisons du monde de détester son père. Alors si je débarque comme une fleur en lui disant que je suis la raison pour laquelle il a dû grandir sans père... Je suis pas sûr qu'il m'accueillera à bras ouverts, tu vois ? ». Je hochais la tête. C’est vrai que la situation n’était pas franchement idéale. Et que dans un premier temps, il risquait de lui en vouloir. Mais, peut-être dans un premier temps seulement non ?  « Oui mais, tu n’es pas ton père, ses décisions ne sont pas les tiennes alors… bon on ne peut pas t’en tenir rigueur. Après peut-être qu’il t’en voudra dans un premier temps, faudra juste lui laisser le temps de faire passer la pilule, tu crois pas ? ». Après, je comprenais son point de vue. Mais j’essayais de l’aider à aller vers son demi-frère. Après tout, il était là pour ça à la base.

Enfin, apparemment Nathan avait quand même essayé. « J'ai essayé de lui parler sans réellement me présenter mais bon, tu as remarqué que les gens ne sont pas spécialement sympas avec les étrangers par ici. Ça n'a rien donné. ». Je riais doucement. C’est vrai que ce n’était pas franchement le lieu pour jouer des mystères. Mieux valait tout dévoiler. Et encore pas sûre que ça plaise ! « Ça en même temps t’y es plus que pour rien ! ». Je riais encore un peu. Franchement ce village c’était quelque chose !

Et puis, Nathan changea de sujet. Revenant à moi. Et à ma chère belle-famille. Berk. « Mais assez parlé de moi et de mes soit-disants problèmes. Tu t'en sors toi ? Tu ne m'as pas encore dit comment est ta future belle-famille. ». Il passa son bras autour de moi, déposant un long baiser dans mes cheveux. Je laissais ma tête tomber sur son épaule.  « Je préfère parler de toi que de ces… énergumènes. Mon beau-père n’est qu’un con, rien que de l’entendre j’ai envie de lui en coller une. ». Je commençais avec les sujets les plus simples. Bien que désagréable. « Ma mère se prend pour une princesse, déjà qu’elle aimait l’argent mais là, elle se sent plus… ». Ça ne devait pas tant l’étonner. Après tout, c’est vrai que ma mère aimait l’argent. Elle aimait l’afficher. Mais là c’était devenu extrême. « Et puis… ». Je soufflais un coup. Regardant alors Nathan droit dans les yeux. « Je t’avais parlé de mon beau-frère, Léon ? ». Qui se trouvait aussi être ma première fois, mais des Léon j’en avais pas eu quinze dans ma vie. Alors il savait très bien de qui il s’agissait. Il savait très bien que j’avais perdu ma virginité dans ses bras il y a deux ans. Une nuit d’été.  « Je… j’ai… on a recommencé… ». Et là, je sentais mes joues virer au rouge. Je me sentais tellement mal de l’admettre. Mais Nathan était le seul à qui je pouvais en parler. Peut-être le seul à qui j’arriverais à dire que j’aimais Léon, que ce n’était pas que du sexe. Même s’il me connaissait si bien qu’il devait s’en douter.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maire Hawkes
+ IN HAWKES WE TRUST
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK


- MESSAGES : 6104
- AVATAR : ANNA CHANCELLOR.
- CRÉDITS : avatar@lokiddles, sign@tumblr.
- EMPLOI : Maire de Painswick.
- POINTS : 7
Voir le profil de l'utilisateur http://youarenotalone.forumactif.org

MessageSujet: Re: Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est pas leurs différences, c’est leur connerie. Ҩ   Mar 23 Juil - 18:15

Nathan hocha doucement la tête quand Pomme essaya de le rassurer. Elle avait raison, bien sûr qu'elle avait raison. Dans le fond du moins. Il n'aurait pas dû attirer la méfiance de Matthew simplement parce qu'il était le fils de son père, mais il savait aussi que dans la réalité, il y avait toutes les chances que ça se passe comme ça. Enfin, elle avait encore raison sur un point : il lui faudrait probablement juste du temps. Et dans ce cas là il aurait tout intérêt à le lui dire le plus vite possible. C'était comme retirer un pansement, il valait mieux le faire vite. Tout ça il y avait déjà pensé bien sûr, le problème c'était qu'il n'arrivait pas à chasser de son esprit l'idée que Matthew pourrait ne jamais changer d'avis, qu'il l'enverrait juste bouler et qu'ils en resteraient là. Au fond, si c'était le cas ça ne servait à rien d'attendre alors il aurait tout aussi bien pu se jeter à l'eau, mais il avait envie de s'accrocher encore un peu à l'idée de pouvoir avoir un frère. Ayant grandi en fils unique, il avait toujours rêvé d'avoir un frère ou une soeur, il n'était pas difficile, il aurait été heureux avec un aîné ou un cadet. Il avait réalisé bien vite que s'il avait un jour un frère ou une soeur, il ou elle serait plus jeune, mais ses parents n'avaient jamais exaucé son souhait. Du moins c'était ce qu'il pensait. Et maintenant qu'il avait l'occasion de faire la connaissance de son petit frère... Et bien il ne voulait pas la gâcher, c'était aussi bête que ça. Il laissa échapper un bref soupir avant de changer de sujet, il n'avait pas besoin de conseil, il savait très bien ce qu'il lui restait à faire, ne restait plus qu'à s'en convaincre, et en attendant il avait envie d'avoir des nouvelles de Pomme. Il commença à caresser doucement les cheveux de la jeune brune, amusé par la violence de ses propos. Il s'était douté qu'elle n'appréciait pas des masses son beau-père alors sa déclaration ne le surprit pas, il l'encouragea simplement à poursuivre en continuant à caresser ses cheveux. Il perdit légèrement son sourire quand Pomme mentionna sa mère, ça c'était encore un peu plus délicat, mais encore une fois, il n'avait pas de solution miracle alors il se contenta de continuer à l'écouter. Il ne chercha pas à détourner le regard quand Pomme plongea ses yeux dans les siens, même s'il le regretta quelques secondes plus tard.

Contrairement à ce que Pomme lui avait dit jusqu'à présent, la suite le fit réagir. Il ouvrit la bouche, cherchant ses mots mais n'en trouvant aucun. Léon ? LE Léon ? Celui dont elle lui avait parlé ? Vu l'expression arborée par Pomme et la façon dramatique dont elle l'avait dit, il n'y avait pas le moindre doute possible mais Nathan ne pouvait pas s'empêcher d'avoir envie de demander quand même, refusant tout bonnement d'y croire. Beau-frère ? Comment ça ? Elle ne lui avait jamais dit que son beau-frère s'appelait Léon, ou plutôt qu'il s'agissait du fameux Léon. Nathan serra les dents et s'efforça de se taire, voulant la laisser finir. L'aveu n'avait pas l'air facile et il ne voulait pas la couper dans son élan. Et effectivement, il avait probablement bien fait d'attendre. S'il avait été surpris en entendant Pomme parler du sujet qui fâche, il était à présent sur le cul. Il ne savait même pas par où commencer. « Attends un peu, Léon est le fils de ton beau-père ? Le Léon ? Celui... » Il avait envie d'expliquer ce qu'il voulait dire par des gestes mais il ne savait pas lesquels faire. De toute façon il ne pouvait s'agir que du seul et unique, celui qui avait couché avec Pomme pour disparaître juste après. Nathan avait vu rouge en l'apprenant et il vouait depuis une haine aveugle au fameux jeune homme. Il n'aurait jamais cru en entendre à nouveau parler un jour, et très certainement pas comme ça. Il se força à respirer un grand coup, ne tardant pas à réaliser que si Pomme avait recommencé, surtout vu les circonstances, c'était qu'elle devait avoir des sentiments pour lui. Merde. Comment est-ce qu'il était censé lui faire sa fête si c'était le cas ? Il soupira longuement avant de recommencer machinalement à caresser les cheveux de Pomme. « Vos parents ne savent pas... Ce qui s'est passé ? Enfin je veux dire, ce qui s'était passé à l'époque déjà ? » La question était probablement stupide, il osait espérer que les deux adultes y auraient réfléchi à deux fois avant de se marier s'ils avaient su que leurs enfants respectifs se connaissaient, et surtout comme ça. Il se frotta doucement le visage, essayant d'atterrir et de se remettre du choc. Ce n'était pas aussi évident qu'on aurait pu le penser. « Pomme... Pourquoi est-ce que tu te fais ça ? Tu ne te souviens pas de ce qu'il t'a fait la dernière fois ? » Lui s'en souvenait très bien, un peu trop bien même. Il se doutait que ce n'était pas quelque chose qui se contrôlait et il ne voulait pas en rajouter, mais il n'aimait pas l'idée que la jeune fille renoue avec ce type. « Je ne veux pas te dire quoi faire, je suis pas là pour ça, mais fais attention au moins. S'il-te-plaît. » Le moins qu'on puisse dire, c'est que la situation était délicate oui et il ne voulait pas la voir souffrir à nouveau.

Spoiler:
 

_ _ _ _ _ _ _ _ _
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est pas leurs différences, c’est leur connerie. Ҩ   Mar 23 Juil - 20:30


Nathan s’attendait à ce que je me plaigne de mon beau-père. De ma mère aussi. C’était plutôt normal. Enfin,  normal dans la mesure où il savait que ce n’était pas la joie. Mais, il ne s’attendait pas à ce que je lui reparle de Léon. Que je lui apprenne qu’il était mon beau-frère.  Je savais que Nathan ne l’appréciait pas. Dès lors que je lui avais confié ce qu’il c’était passé entre nous, il lui avait voué toute sa haine. J’évitais d’en parler. En fait, je n’en parlais même plus du tout. Mais, là, je ne pouvais plus faire autrement. « Attends un peu, Léon est le fils de ton beau-père ? Le Léon ? Celui... ». Celui avait qui j’avais couché il y a deux ans. Oui, c’était bien lui.  « Oui, ce fameux Léon… ». Je n’en disais pas plus. Nathan n’avait pas besoin que je lui rappelle les faits. Et moi, je n’avais pas vraiment besoin de remuer un peu plus le couteau dans la plaie. Bien qu’au fond, je n’étais plus à ça près. Il vivait dans la même maison que moi. Nous avions recommencé. J’étais absolument et indéniablement amoureuse de lui. Pour lui je n’étais qu’un… je ne voulais même pas y songer.

Nathan inspira alors un grand coup. Réalisant sûrement tout ce que je lui disais là. Tout ce que le retour de Léon impliquait dans ma petite tête.  « Vos parents ne savent pas... Ce qui s'est passé ? Enfin je veux dire, ce qui s'était passé à l'époque déjà ? ».  Non, ils ne savaient pas. Et nous n’avions pas pu nous résoudre à leur dire. Ils nous avaient présentés bien trop tard. Tout était déjà prêt. Et je refusais de détruire le bonheur de ma mère. Je laissais Nathan me caresser les cheveux. Ça m’apaisait. « Non, ils ne savent rien, ils nous ont « présentés » il y a peu. Et je n’ai pas eu le courage de dire à ma mère ce qui c’était passé… ». Je baissais les yeux. C’est vrai que ça aurait peut-être évité tant de complication. Encore que ma mère aurait été capable de me dire que c’était le passé. Et que ça devais le rester. Enfin, je ne le saurais jamais. « Son père a manqué de nous surprendre l’autre jour… mais, il a supposé que Léon était avec une autre fille. J’aurais dû être soulagé qu’il ne nous grille pas mais, en fait, j’étais plus qu’énervée…si tu savais ce que j’ai ressenti à l’idée qu’il puisse être avec une autre fille… ». Je soufflais un coup. Rien que de repenser à ça j’en étais malade. Je n’arrivais pas à accepter que d’autres filles s’emparent de lui. De son corps. « J’étais jalouse comme jamais… ». Au fond, je lui avouais à demi-mot que je l’aimais.

Il se frotta doucement le visage. Sans doute en essayant de se remettre de tout ça.  « Pomme... Pourquoi est-ce que tu te fais ça ? Tu ne te souviens pas de ce qu'il t'a fait la dernière fois ? ». Bien sûr que si, je m’en souvenais. Je ne faisais pas franchement la fière il y a deux ans. Et aujourd’hui non plus. Seulement la situation risquait d’empirer sur le long terme. Je n’avais pas son absence pour oublier. Léon était bel et bien là. « Bien sûr que si je m’en souviens… mais c’est plus fort que moi. ». C’était absolument incontrôlable. Parce que je l’aimais. Et que le sexe était la seule façon que j’avais d’avoir un peu de lui. « Je ne veux pas te dire quoi faire, je suis pas là pour ça, mais fais attention au moins. S'il-te-plaît. ». Faire attention. J’avais essayé. Et j’avais lamentablement foiré dès lors que j’étais retombée dans ses bras. « Nath’… comment je pourrais faire attention si… je suis amoureuse de lui ? ». Et voilà qui était dit. Je ne savais pas comment m’en sortir. Parce que je l’aimais.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maire Hawkes
+ IN HAWKES WE TRUST
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK


- MESSAGES : 6104
- AVATAR : ANNA CHANCELLOR.
- CRÉDITS : avatar@lokiddles, sign@tumblr.
- EMPLOI : Maire de Painswick.
- POINTS : 7
Voir le profil de l'utilisateur http://youarenotalone.forumactif.org

MessageSujet: Re: Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est pas leurs différences, c’est leur connerie. Ҩ   Jeu 25 Juil - 18:47

Nathan grimaça doucement malgré lui en entendant les explications de Pomme. Il ne pouvait qu'imaginer le choc que ça avait dû faire à la jeune femme que sa mère lui présente le plus naturellement du monde celui qui allait être son beau-frère. Il s'en voulait presque de ne pas avoir été là, de n'avoir rien pu faire pour empêcher Pomme de devoir subir une scène pareille. Le sentiment de culpabilité qui l'envahit temporairement était ridicule : il n'avait eu aucune raison d'être au courant, et plus que ça, il n'aurait de toute façon rien pu y faire. Quoi ? Il aurait empêché Pomme d'y aller ? Il aurait expliqué la situation aux futurs mariés ? Certainement pas, non, il aurait été obligé de laisser les choses suivre leur court. Il se désespérait tout seul à toujours tout vouloir prendre sur ses épaules, il ne pouvait pas toujours être là pour protéger les gens qu'il aimait, surtout qu'à force de vouloir aider, il finissait généralement par empirer les choses. Malgré la situation, Pomme avait l'air de réussir à tenir, c'était déjà ça, lui tout ce qu'il pouvait offrir, c'était du réconfort, aussi frustrant que ça pouvait être pour lui. Le jeune banquier détourna carrément les yeux en entendant la suite, il n'était pas sûr d'avoir envie d'entendre la fin du récit. Il ne pouvait encore une fois qu'imaginer ce que ça avait dû être pour elle de manquer de se faire voir par son nouveau beau-père et il se mordit doucement la lèvre inférieure pour essayer de ne pas penser au fait que Léon avait encore touché à la jeune femme. Il détestait plus que tout l'idée que le jeune homme puisse refaire du mal à sa petite protégée et il savait que ce serait le cas. Les gens changeait rarement et Nathan avait cru cerner un peu Léon du peu que Pomme lui avait dit. Enfin, le jeune homme venait de lui donner une raison de plus de ne pas l'aimer. Le jeune banquier ferma doucement les yeux en entendant le dernier aveu de la jeune brune. Il le savait déjà, mais ce n'était tout de même pas spécialement agréable à entendre. Pourquoi est-ce qu'elle était tombée amoureuse de lui ? Elle devait se poser la même question. "Je sais..." Se contenta-t-il de souffler en rouvrant les yeux, continuant à caresser ses cheveux. Oui il le savait, enfin il s'en était douté. Il la connaissait assez bien pour savoir qu'elle n'aurait pas fait ce genre de connerie s'il s'était agi de n'importe qui, et surtout, il se souvenait trop bien de la dernière fois, de l'effet qu'il avait eu sur elle.

Une fois encore, il ressentit l'envie irrésistible de protéger Pomme et de faire en sorte que plus rien de mal ne lui arrive, et encore une fois il se retrouva écrasé sous le poids de la culpabilité en se rendant compte que non seulement il avait lamentablement échoué, mais en plus de ça qu'il ne pourrait jamais réussir. "Tu devrais essayer de passer moins de temps avec lui. Je pense qu'il te fera forcément plus de mal que de bien." Il soupira doucement, se rendant bien compte que Pomme ne suivrait probablement pas son conseil. Il avait été jeune et amoureux un jour aussi, il se rendait très bien compte de l'intensité du sentiment qu'elle ressentait et il savait que malgré la logique et l'intelligence de la jeune femme, elle n'avait pas envie de s'éloigner de Léon. Mais il pouvait tout de même essayer de lui donner son avis, objectivement, d'essayer de lui conseiller ce qu'il pensait le mieux pour elle. C'est-à-dire tout sauf Léon. En temps normal il aurait dit la même chose, mais le fait qu'il s'agisse désormais de son beau-frère ne faisait qu'accentuer son envie qu'elle reste loin de lui. Ça ne pouvait rien apporter de bon, et surtout pas pour Pomme d'ailleurs. "Tu peux venir ici aussi souvent que tu le veux, tu le sais ça, pas vrai ? Tu peux même rester ici si ça t'arrange, je peux en discuter avec ta mère. Ce n'est pas l'idéal en ce moment avec Juliet mais tu ne nous dérangeras pas." Il lança un sourire en coin à la jeune femme, continuant à caresser machinalement ses cheveux. Il avait envie que Pomme s'éloigne de Léon, d'où sa proposition, mais il n'avait pas énormément d'espoir que la jeune femme accepte. Enfin au moins en cas de pépin elle pouvait toujours venir le voir, ça le rassurait un peu et ça l'empêcherait de se faire trop de souci pour elle pendant qu'elle vivait là-bas. "Crois-le ou pas mais j'ai une bonne idée de ce que tu ressens en ce moment. Enfin tu es assez grande pour prendre tes propres décisions. Quoique tu fasses tu peux compter sur moi." En priant pour qu'elle ne décide pas de continuer, il n'avait pas envie de la retrouver en larmes sur son palier. Enfin il ne pouvait pas la forcer à se montrer prudente, tout comme elle-même semblait incapable de le faire. "Je ne veux juste pas qu'il te fasse encore du mal." Souffla-t-il finalement, un petit sourire triste au coin des lèvres.

_ _ _ _ _ _ _ _ _
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est pas leurs différences, c’est leur connerie. Ҩ   Dim 28 Juil - 19:28


Nathan était comme un grand-frère. J’aurai tellement préfère que ma mère me le présente lui plutôt que Léon. Quoique la situation aurait été étrange aussi. Mais le fait est que je pouvais parler à cœur ouvert à Nathan. Il était là pour moi. Pour me réconforter. Il ne me jugeait, il me connaissait par cœur. Il était mon ange gardien. Et je n’aurais pas assez d’une vie pour le remercier de tout ce qu’il faisait pour moi. Et notamment pour le remercier de supporter d’entendre que j’étais amoureuse de Léon. Oui, j’étais dingue de lui. Sans comprendre le pourquoi du comment. Mon cœur c’était éprit de lui alors que son attitude aurait dû le révulser. L’amour n’avait aucune logique. « Je sais.... ». Je baissais les yeux. Bien sûr qu’il l’avait deviné. Il me connaissait trop bien.  « Tu devrais essayer de passer moins de temps avec lui. Je pense qu'il te fera forcément plus de mal que de bien. ». Il soupira doucement. J’affichais un sourire triste. Malheureusement je n’avais pas de moyen de lui échapper. Et… je m’en sentais bien incapable. Mon corps et mon cœur ne demandait que lui. Ils ne demandaient que sa présence. Ma conscience ne parvenait même pas à avoir raison de ces deux-là. L’amour est irrationnel. Là, je comprenais très bien pourquoi.   « T’inquiète pas, il se débrouille très bien tout seul pour qu’on passe le moins de temps ensemble. ». Il me fuyait comme la peste oui. Il était toujours ailleurs. Toujours absent. Jamais prêt à me voir. Je ne le voyais qu’aux repas de famille forcé. J’avais simplement été là quand il avait eu besoin de… je secouais vivement la tête. Je ne voulais pas penser à ça.

En tout cas, je savais que Nathan avait raison. Tout comme lui savait que j’étais incapable de suivre cette voie. De m’éloigner de lui. « Tu peux venir ici aussi souvent que tu le veux, tu le sais ça, pas vrai ? Tu peux même rester ici si ça t'arrange, je peux en discuter avec ta mère. Ce n'est pas l'idéal en ce moment avec Juliet mais tu ne nous dérangeras pas… ». Je le laissais me caresser tendrement les cheveux. Il était tellement adorable. Pourquoi n’étais-je pas tomber amoureuse d’un mec comme Nathan ? C’était injuste.   « Bien sûr que je le sais la preuve c’est que je suis là ! ». Je riais doucement en affichant un magnifique sourire. Un sourire qui éclipsa quelque peu mes tristes pensées.  « Si proche de son mariage ? Elle ne voudra jamais ! Et puis, je ne veux vous déranger avec Juliet, surtout si ça ne va pas en ce moment… d’ailleurs qu’est-ce qui se passe ?». Je fronçais les sourcils. Je n’aimais pas bien l’idée que ça n’aille pas entre les deux. Je voulais que Nathan soit heureux alors forcément ce détail ne m’avait pas échappé. J’espérais sincèrement que ce n’était qu’une petite crise de couple très passagère.

Enfin Nathan fit un retour sur mes sentiments. Mes stupides sentiments. Qui me rendaient si stupide. « Crois-le ou pas mais j'ai une bonne idée de ce que tu ressens en ce moment. Enfin tu es assez grande pour prendre tes propres décisions. Quoique tu fasses tu peux compter sur moi. ». Je le regardais dans les yeux. Un regard qui montrait à quel point je le remerciais.  « Merci Nathan, heureusement que je t’ai. ». Je déposais un baiser sur sa joue avant de me remettre à ma place.  « T’as déjà eu la sensation d’être amoureux de la mauvaise personne ? ». Parce que c’était ce que je ressentais à présent. La sensation d’aimer l’impossible. D’aimer sans possibilité que cela soit réciproque un jour.

Nathan souffla doucement à mon oreille.  « Je ne veux juste pas qu'il te fasse encore du mal. ». Ces mots en disaient long, il le savait. Que Léon allait me faire du mal. Comme je le savais. Mais je voulais à tout prix le nier.  « Ne t’en fais pas pour ça… ». Ces mots sonnaient faux. Bien sûr que si, il y avait de quoi s’inquiéter, parce qu’entre les mains de Léon je n’étais plus qu’un pantin.



Revenir en haut Aller en bas
Maire Hawkes
+ IN HAWKES WE TRUST
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK


- MESSAGES : 6104
- AVATAR : ANNA CHANCELLOR.
- CRÉDITS : avatar@lokiddles, sign@tumblr.
- EMPLOI : Maire de Painswick.
- POINTS : 7
Voir le profil de l'utilisateur http://youarenotalone.forumactif.org

MessageSujet: Re: Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est pas leurs différences, c’est leur connerie. Ҩ   Mar 30 Juil - 18:07

Nathan se sentait un peu coupable mais il ne pouvait pas s'empêcher de ressentir un peu de soulagement quand Pomme lui expliqua que Léon était plus du genre à la fuir en ce moment. Tant mieux, au moins il ne s'amusait pas à la torturer, il préférait très largement l'idée que le jeune homme l'évite. Peut-être qu'il savait se montrer un peu plus décent que Nathan ne l'avait initialement cru. En tout cas son offre d'héberger la jeune brune était sincère, même si Léon l'évitait, ça ne pouvait lui faire que du bien de s'éloigner un peu de chez elle, l'ambiance devait être... particulière. Enfin pour le coup oui il avait légèrement oublié le mariage qui arrivait de la mère de Pomme. Il ne la connaissait pas énormément, mais il avait déjà sa propre opinion d'elle et effectivement, il devait bien avouer que Pomme avait probablement raison, elle n'apprécierait pas que sa fille la lâche si près du mariage. La question de la jeune femme le mit en revanche légèrement mal à l'aise, il n'avait pas voulu ramener la discussion sur lui, il se doutait que Pomme voudrait entendre la bonne nouvelle, mais il ne voulait pas détourner la conversation. Elle avait besoin de se défouler et il était là pour elle. Il lui en parlerait quand ils auraient fini de discuter de ça. "Rien de grave, ne t'inquiète pas. Je te raconterai tout après." Il lança un bref sourire en coin à la jeune femme avant de la laisser poursuivre. Le bisou sur la joue lui fit plaisir, il avait toujours adoré être là pour protéger Pomme et même s'il avait l'impression de ne rien pouvoir faire, au moins elle lui donnait l'impression qu'il l'aidait à se sentir mieux et il se sentait un peu moins impuissant face à la situation. En revanche son estomac se noua légèrement en entendant la suite. Son premier instinct avait été de répondre oui, comme s'il savait exactement ce que c'était, mais il n'arrivait pas à se souvenir d'une seule personne qui aurait pu le lui faire ressentir. Ce fut à ce moment là qu'il repensa à Joan et il se sentit aussitôt ridicule. Ils se connaissaient à peine, il avait eu un petit coup de coeur pour la jeune femme, ça ne servait plus à rien de le nier, et il se sentait un peu coupable également, mais ça n'avait rien à voir avec de l'amour. C'était la distance avec Juliet qui avait causé cette... étincelle, elle partirait bien assez tôt. Et pourtant quand il répondit, il eut l'impression de mentir. "Non, désolé j'aimerais te dire que je sais ce c'est, mais je ne crois pas que ça me soit déjà arrivé." Il recommença à caresser les cheveux de la jeune fille, comme pour s'excuser. Il laissa échapper un petit rire sans joie quand Pomme poursuivit. "Bien sûr que si je vais m'en faire, et ne me dis pas que ce n'est pas la peine." Il déposa un nouveau baiser dans les cheveux de Pomme avant de la serrer quelques secondes contre lui et de s'écarter finalement.

"Je ne vais pas interférer dans ta vie, promis, mais alors laisse-moi au moins le droit de m'inquiéter." Ajouta-t-il d'un ton légèrement amusé. Il faillit rajouter qu'il fallait bien que quelqu'un le fasse mais se retint au dernier moment. Ça n'aurait pas été juste envers sa mère, elle ignorait simplement ce qu'il se passait, elle s'en serait probablement fait aussi si elle avait su. Mais ce n'était certainement pas à Nathan de la mettre au courant, il était sincère en disant qu'il ne comptait pas interférer dans sa vie. Ou pas beaucoup en tout cas. S'il croisait un jour Léon dans Painswick - ce qui risquait d'arriver - il irait peut-être le voir pour lui toucher deux mots de toute cette histoire, discrètement, histoire de lui faire comprendre son point de vue, mais il ne se mêlerait pas de la relation de Pomme avec sa mère. La dernière chose qu'il voulait faire, c'était la trahir. "S'il te fait encore du mal dis-le moi et j'irais lui donner une leçon." Lâcha-t-il d'un ton mi-amusé mi-sérieux, ne voulant pas décourager Pomme de venir lui parler de ses problèmes mais n'ayant pas non plus envie de lui faire croire qu'il resterait à jamais à l'écart de toute cette histoire. Il ne supporterait pas de voir la jeune femme souffrir à nouveau par la faute de Léon, il serait incapable de le laisser faire cette fois-ci. Il soupira rapidement avant d'aller s'appuyer au bar de la cuisine, croisant ses bras sur sa poitrine et faisant face à Pomme. "Enfin j'ai peut-être une nouvelle qui va te changer les idées." Il lança un petit sourire en coin à la jeune femme, trop excité pour ménager le suspens et pour garder ce secret pour lui plus longtemps. "Quand je disais tout à l'heure que ce n'était peut-être pas le moment idéal avec Juliet, ce n'était pas parce qu'on s'est disputé. Elle est enceinte." Son sourire s'élargit malgré lui. Parler de ça à une personne qu'il aimait lui procurait une joie encore nouvelle.

_ _ _ _ _ _ _ _ _
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est pas leurs différences, c’est leur connerie. Ҩ   Jeu 15 Aoû - 16:11


Je parlais. Enfin, plus exactement, je me plaignais. Mais Nathan avait peut-être des choses à dire lui aussi. Enfin c'est ce que j'avais cru comprendre. Il avait dit que ce n'était pas le moment idéal avec Juliet. Alors, s'il avait un problème, je voulais être là aussi. Les choses n'allaient pas que dans un sens. « Rien de grave, ne t'inquiète pas. Je te raconterai tout après. ». Il me fit un petit sourire auquel je répondais sans hésiter. Toutefois, je n’allais pas oublier. Il allait me parler de cette affaire. S’il oubliait, j’allais lui rappeler.

Enfin, après un bisou sur la joue, je lui demandais s’il avait déjà ressenti cette sensation. Celle d’être amoureux de la mauvaise personne. Celle que je ressentais actuellement à l’égard de Léon. « Non, désolé j'aimerais te dire que je sais ce c'est, mais je ne crois pas que ça me soit déjà arrivé. ». Il recommença alors à ma caresser les cheveux. Comme pour s’excuser. Il n’avait pas à se sentir désolé pourtant. C’était une bonne chose qu’il ne l’ait pas ressentit. Parce que c’était tout, sauf agréable. « Quelque part, je préfère que tu l’ignores… ». Parce que l’imaginer souffrir ne me plaisait pas. Pas plus que lui ne voulait me voir souffrir. C’était d’ailleurs bien idiot de lui demander de ne pas s’inquiéter. Il ne pouvait pas faire autrement. Et à sa place, je l’aurais été tout autant. Même peut-être plus. « Bien sûr que si je vais m'en faire, et ne me dis pas que ce n'est pas la peine. ». Il déposa un baiser dans mes cheveux. Avant de me serrer contre lui. Ça me faisait du bien. D’être dans ses bras. Avec lui. De me confier. Ça me faisait du bien qu’il s’inquiète. Même si je n’allais pas lui dire. « Je ne vais pas interférer dans ta vie, promis, mais alors laisse-moi au moins le droit de m'inquiéter. ». Son ton était légèrement amusé. Je savais bien qu’il n’irait rien dire à ma mère. Ce n’était pas son genre. Il ne m’avait jamais trahi. Et je ne le voyais pas faire ça un jour. Nathan était un ange tout simplement. « Très bien, je te laisse t’inquiéter… un peu. ». Je lui offrais un sourire amusé. Je n’avais pas envie qu’il s’inquiète trop non plus. Qu’il craigne qu’à chaque visite j’apparaisse toujours plus brisé. Je ne voulais qu’il se torture le cerveau pour trouver comment me sortir de cette… merde. « S'il te fait encore du mal dis-le moi et j'irais lui donner une leçon. ». Je n’avais pu m’empêcher de rire. Même si je savais que Nathan ne plaisantait pas complètement. Si je revenais le voir dans le même état qu’il y a deux ans… Léon n’y couperait pas cette fois. « J’espère pour lui que je n’aurais jamais à te dire ça alors ! ». Et pour moi aussi. Parce que je ne voulais pas avoir à souffrir. Surtout au point d’aller me réfugier chez Nathan. Je ne voulais pas être brisée une seconde fois.

Nathan alla s’accouder au bar de la cuisine. « Enfin j'ai peut-être une nouvelle qui va te changer les idées. ». Oh ? Je le regardais avec une curiosité infantile et un sourire similaire au sien. Parce qu’il était beau son sourire. Par conséquent, je savais que c’était une bonne nouvelle. Et c’est vrai qu’il avait dit aussi que ça allait me changer les idées. « Quand je disais tout à l'heure que ce n'était peut-être pas le moment idéal avec Juliet, ce n'était pas parce qu'on s'est disputé. Elle est enceinte. ». J’ouvrais grand les yeux avec un immense sourire. Je me dirigeais vers lui pour lui sauter dans les bras. « Félicitations ! ». Je sautais presque sur place, comme une enfant. En effet, cette idée me changeait les idées. « Tu vas être papa… ». Oui, il fallait quand même que je réalise un peu. « Elle est enceinte de combien de semaines ? Tu veux une fille ou un garçon ? ». Une vraie petite fille, oui, je sais. Mais, il connaissait ma « joie de vivre » habituelle. Quand Léon ne me mettait pas le moral à zéro, j’étais une vraie pile électrique. « Tu vas être un père formidable. ». J’en étais intimement persuadée.

Revenir en haut Aller en bas
Maire Hawkes
+ IN HAWKES WE TRUST
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK


- MESSAGES : 6104
- AVATAR : ANNA CHANCELLOR.
- CRÉDITS : avatar@lokiddles, sign@tumblr.
- EMPLOI : Maire de Painswick.
- POINTS : 7
Voir le profil de l'utilisateur http://youarenotalone.forumactif.org

MessageSujet: Re: Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est pas leurs différences, c’est leur connerie. Ҩ   Sam 17 Aoû - 19:18

Nathan se sentait un peu coupable d'accaparer à nouveau l'attention, mais s'il est honnête il devait bien avouer qu'il trépignait d'impatience à l'idée de tout raconter à Pomme depuis plus de dix minutes, et maintenant que c'était sorti, l'euphorie qu'il avait ressentie quand Juliet lui avait annoncé la nouvelle était en train de revenir. Il avait encore tellement de mal à y croire. Apparemment Pomme un peu moins, ou bien elle avait plus de réflexe que lui. Lui il lui avait fallu presque une minute avant de pouvoir dire quelque chose, mais Pomme, elle, l'avait automatiquement félicité. Nathan l'avait accueillie dans ses bras sans broncher, la serrant doucement et la soulevant même brièvement du sol pour essayer d'exprimer sa joie. Il souriait tellement que sa mâchoire commençait à lui faire mal. Ça faisait tellement de bien de partager ce genre de bonne nouvelle avec une personne qu'il aimait autant que Pomme... Et la jeune femme avait presque l'air plus ravie que lui encore, ce qui lui paraissait pourtant impossible. Il hocha bêtement la tête quand Pomme lui rappela qu'il allait être papa. Oui, il avait beau se l'être dit une bonne vingtaine de fois depuis qu'il l'avait appris, il ne réalisait toujours pas pleinement. Il avait déjà du mal à s'occuper de lui-même alors l'idée d'être entièrement responsable d'un nouvel être le pétrifiait littéralement. Mais d'un autre côté, il était tellement heureux à l'idée de donner la vie... On disait généralement plutôt ça de la mère, mais Nathan se sentait presque autant impliqué dans la grossesse que Juliet. Il se mit à rire ouvertement en entendant les questions de Pomme, passant sa langue sur ses lèvres et lui lançant un sourire rayonnant. Il avait envie d'en parler, enfin il en avait le droit. Il avait voulu garder le secret pour permettre à Juliet d'en parler en première à qui elle voulait, mais maintenant lui aussi allait pouvoir se confier à ses proches et il avait l'impression que ça allait pouvoir l'aider à revenir sur Terre d'en discuter. Ça rendrait le tout un peu plus vrai. Là il avait toujours l'impression de planer.

Un sourire à lui décrocher la mâchoire vint étirer les lèvres de Nathan quand Pomme poursuivit et il soupira longuement avant de revenir la prendre dans ses bras, la serrant contre lui pour essayer d'exprimer la joie intense qu'il ressentait. « Merci. » Déclara-t-il simplement d'une voix émue avant de déposer un long baiser sur la tempe de la jeune femme et de la lâcher à nouveau. Il soupira à nouveau et se mordit rapidement la lèvre inférieure. « Trop d'émotions d'un coup, j'ai besoin d'un verre. » Ajouta-t-il en laissant échapper un petit rire. Il repassa derrière le comptoir et se sortit un verre ainsi qu'une bouteille de whisky de sous le bar. Il s'en servit un petit fond de verre avant de ranger la bouteille. Il but son verre cul sec et passa une main dans ses cheveux, son sourire refusant toujours de quitter ses lèvres. Il avait envie de sautiller partout avec Pomme, mais il se retenait par peur du ridicule. « Je ne sais même pas, je n'ai même pas demandé à Juliet. » Répondit-il finalement en rigolant à nouveau de sa propre bêtise. Il avait été tellement chamboulé qu'il n'avait même pas pensé à demander depuis quand Juliet était enceinte. Il essaya de faire le calcul mental rapidement avant de rajouter : « Mais ça doit faire environ 10 semaines puisque je suis parti pour Painswick juste après. » Il se frotta le visage rapidement, essayant en vain de se forcer à arrêter de sourire. Rien ne semblait y faire, alors il repassa de l'autre côté du comptoir pour revenir se poser à côté de Pomme. « Je voudrais un garçon. » Souffla-t-il d'un ton déjà légèrement plus calme. « Si c'était une fille je crois que je me sentirais trop obligé de la protéger constamment et je l'étoufferais tellement qu'elle finirait par me détester. En plus j'aimerais tellement jouer au foot avec mon fils. » Déclara-t-il avant de rigoler à nouveau. C'était l'euphorie. « Je m'y vois déjà je te jure. Je m'y attendais tellement pas, je savais même pas que je le voulais en fait... Mais quand Juliet m'a dit qu'elle était enceinte, t'imagines même pas la joie que j'ai ressentie. » Ajouta-t-il, sentant l'émotion le gagner à nouveau. Il allait lui falloir beaucoup de whisky pour se calmer s'il continuait comme ça.

_ _ _ _ _ _ _ _ _
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est pas leurs différences, c’est leur connerie. Ҩ   Mer 21 Aoû - 18:35


Nathan allait être papa. C’était une merveilleuse nouvelle. Et il semblait réellement heureux. Moi, je l’étais pour lui. Il méritait tout ce bonheur. Il méritait d’être heureux et de fonder sa famille. J’avais la certitude que cet enfant serait vraiment bien entouré. Et je ne pouvais m’empêcher d’être curieuse. Depuis combien de temps Juliet était-elle enceinte ? Savait-elle si elle attendait une fille ou un garçon ? Ça faisait rire Nathan. Mais n’empêche que ça se voyait. Qu’il voulait en parler. Qu’il était fou de joie. Il me prit à nouveau dans ses bras. Et je ne bronchais pas, non. J’étais bien trop heureuse de le voir ainsi. « Merci. ». Il déposa un long baiser sur ma tempe. Alors que j’affichais un énorme sourire. Il était ému. Et moi tellement flattée qu’il m’en parle. « Trop d'émotions d'un coup, j'ai besoin d'un verre. ». Il laissa échapper un rire. Je le regardais un peu surprise bien qu’amusée. Je ne me doutais pas qu’un bébé pourrait lui faire cet effet. Il sortit alors la bouteille de Whisky. Pour se servir un verre qu’il avala cul sec. Bon ça c’était fait ! En tout cas, son magnifique sourire ne l’avait pas quitté.

Il souffla un coup avant de revenir au vrai sujet. A son bébé. Rien que d’y penser, je sautillais à nouveau. Incorrigible, je sais. « Je ne sais même pas, je n'ai même pas demandé à Juliet. ». Mon rire se mêla au sien. Il avait dû être bouleversé pour ne pas poser cette question. Sa joie avait était plus importante. Et quelque part tant mieux. Ça voulait dire qu’il n’avait plus les pieds sur Terre. Et que son bonheur était bien réel. : « Mais ça doit faire environ 10 semaines puisque je suis parti pour Painswick juste après. ». Dix semaines. Elle ne savait donc pas encore le sexe du bébé. Mais, elle devait déjà avoir un petit bidou. J’étais certaine qu’elle était sublime en future maman. « Elle doit être encore plus heureuse de t’avoir retrouvé alors ! ». Je lui offrais un beau sourire. Juliet avait dû se sentir un peu seule pendant dix semaines. Il me semble que vivre une grossesse à deux c’est plus simple.

Il se frotta le visage. Il cherchait à effacer son sourire ? C’était peine perdu ! Et grâce à lui, je ne cessais de sourire aussi. Il contourna le bar pour se retrouver à côté de moi. « Je voudrais un garçon. ». Je hochais la tête. J’étais déjà en train d’imaginer un mini Nathan courir partout. « Si c'était une fille je crois que je me sentirais trop obligé de la protéger constamment et je l'étoufferais tellement qu'elle finirait par me détester. En plus j'aimerais tellement jouer au foot avec mon fils. ». Je ne pus m’empêcher de rire. Et lui aussi. « Aucune fille ne peut te détester Nathan ! ». Je riais à nouveau. Il était trop gentil pour cela. Et puis j’étais certaine qu’au fond, s’il avait une fille, il la protégerait. Mais, il ne pourrait s’empêcher de la combler, de céder. « M’enfin t’as raison, il vaut mieux un garçon pour jouer au foot ! Vous voulez savoir le sexe avant la naissance ? ». Le grand débat des couples parait-il !  La surprise ou non. Personnellement, je trouve qu’il faut avoir du courage pour attendre neuf mois. Et c’est dur de préparer les choses sans savoir. « Je m'y vois déjà je te jure. Je m'y attendais tellement pas, je savais même pas que je le voulais en fait... Mais quand Juliet m'a dit qu'elle était enceinte, t'imagines même pas la joie que j'ai ressentie. ». Je lui offrais mon plus beau sourire. Je me doutais que c’était inattendu. Il n’avait jamais rien dit sur le fait qu’il voulait être père. Mais, il n’avait jamais rien dit contre non plus. « Je ne peux pas imaginer la joie que tu as ressentie, mais, je la vois. Je t’ai rarement vu avec un si beau sourire ! ». Et il était contagieux !
Revenir en haut Aller en bas
Maire Hawkes
+ IN HAWKES WE TRUST
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK


- MESSAGES : 6104
- AVATAR : ANNA CHANCELLOR.
- CRÉDITS : avatar@lokiddles, sign@tumblr.
- EMPLOI : Maire de Painswick.
- POINTS : 7
Voir le profil de l'utilisateur http://youarenotalone.forumactif.org

MessageSujet: Re: Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est pas leurs différences, c’est leur connerie. Ҩ   Ven 23 Aoû - 22:08

Nathan était tellement content de pouvoir partager son bonheur, et Pomme semblait quasiment aussi heureuse que lui d'apprendre la nouvelle. Quasiment, parce qu'il était persuadé que personne ne pouvait être aussi enjoué que lui à l'idée qu'il devienne père. Quand il pensait qu'il n'avait même pas envisagé la possibilité avant que Juliet lui annonce qu'elle attendait un enfant, enfin qu'ils attendaient un enfant... Ça lui paraissait dingue, il avait l'impression d'être une personne totalement différente, comme un shot avant/après d'une émission de make-over. Il n'arrivait pas à croire à quel point sa vie avait été bousculée en apprenant la nouvelle, et très franchement, il n'était pas sûr de s'être encore très bien remis du coup de massue qu'il avait reçu il y a plus d'une semaine. La joie que Pomme ressentait l'aidait heureusement à réaliser, elle le forçait à voir la réalité en face. Il allait être papa. Il sentit une nouvelle vague d'euphorie l'envahir et le noyer quasiment et il dut se retenir de sautiller sur place comme la jeune femme. Il grimaça légèrement quand Pomme lui fit remarquer qu'aucune fille ne pourrait le détester, il n'en était pas persuadé mais ça lui faisait vraiment chaud au cœur que son amie pense qu'il ferait aussi du bon boulot s'il avait une fille et non un fils. Pour l'instant il préférait ne pas y penser, autant ne pas paniquer pour rien. Il verrait bien. C'était assez caustique en fait, la façon dont il souriait faisait sourire Pomme, et voir la jeune femme sourire aussi franchement lui donnait encore plus envie de sourire. C'était un vrai cercle vicieux, mais ils auraient pu être coincés dans pire, au moins ça les mettait tous les deux de bonne humeur. « Merci... » Souffla-t-il, à nouveau terriblement ému, quand Pomme lui fit comprendre à quel point il avait l'air heureux. Il se sentait tellement soulagé d'avoir enfin pu en parler, c'était tellement agréable de pouvoir faire exploser sa joie comme ça qu'il ne put s'empêcher de retourner prendre à nouveau Pomme dans ses bras, la soulevant de terre et la serrant contre lui, essayant simplement de ne pas l'étouffer.

Il déposa un nouveau baiser dans ses cheveux avant de la reposer par terre, passant une main dans ses cheveux, légèrement gêné. Il fallait qu'il se calme. « Je ne sais pas encore, personnellement j'aimerais bien savoir le sexe du bébé le plus tôt possible. Je suis trop impatient, et puis, j'aimerais pouvoir me préparer psychologiquement. » Il prit une longue inspiration, exagérant le geste en lançant un petit sourire amusé à la jeune femme. « Mais je ne sais pas ce que Juliet voudra faire. Si elle ne veut pas le savoir, je ne demanderais pas non plus, ce serait trop bizarre de ne pas partager ça avec elle. Et puis, pour les sept prochains mois, elle est la seule maîtresse à bord. » Déclara-t-il d'un ton légèrement amusé alors qu'il était pourtant très sérieux. Il avait bien décidé de lui être complètement dévoué jusqu'à l'accouchement, et jusqu'à la fin de leur vie d'ailleurs. L'idée lui faisait peur, franchement, ça ne servait à rien de se mentir, mais il ne comptait pas se défiler. Il serait là pour elle, quoiqu'elle veuille. Il soupira une nouvelle fois, essayant vainement de faire sortir l'euphorie qui finissait par presque l'étouffer. Il avait envie de pleurer, de rire, de danser. « Tu veux qu'on se fasse quelque chose ce soir ? Histoire de fêter ? Et de t'éloigner un peu de chez toi ? Je suis sûr que ça te ferait du bien ! Et tu pourrais discuter avec Juliet, ça fait longtemps que vous ne vous êtes pas vues. » Ajouta-t-il en pensant que ce serait un argument de plus pour la convaincre de venir. « Tu n'as qu'à rester dîner ici, ou on peut sortir si tu préfères. » Proposa-t-il sans savoir ce qui tenterait le plus Pomme, mais comptant bien passer la soirée avec son amie. Il était trop content pour la laisser partir comme ça, et puis ils ne s'étaient vraiment pas vus depuis trop longtemps. Ils devaient en avoir encore des choses à se raconter et il avait hâte de continuer à rattraper le temps perdu.

_ _ _ _ _ _ _ _ _
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est pas leurs différences, c’est leur connerie. Ҩ   Lun 26 Aoû - 19:34


Je ne touchais plus le sol. Nathan non plus. Mais, moi, c’était parce qu’il me soulevait. Lui c’est parce qu’il était dans les nuages. Combler de bonheur à l’idée de voir un petit être pointer le bout de son nez. « Je ne sais pas encore, personnellement j'aimerais bien savoir le sexe du bébé le plus tôt possible. Je suis trop impatient, et puis, j'aimerais pouvoir me préparer psychologiquement. ». Ah comme je pouvais le comprendre ! Comment pouvait-on avoir la patience d’attendre neuf longs mois ? Il prit alors une longue inspiration, exagérant son geste il fit naître deux sourires amusés. « Mais je ne sais pas ce que Juliet voudra faire. Si elle ne veut pas le savoir, je ne demanderais pas non plus, ce serait trop bizarre de ne pas partager ça avec elle. Et puis, pour les sept prochains mois, elle est la seule maîtresse à bord. ». Oui c’est vrai que si l’un le savait et l’autre pas… c’était bizarre. Et d’ailleurs ça se faisait ? « Tu crois vraiment qu’ils y a des couples qui font ça ? Je veux dire, l’un ignore le sexe du bébé et l’autre pas ? Ça doit être trop…étrange. ». Je faisais une grimace. Ça ne pouvait pas exister. L’autre était forcé de vendre la mèche d’une façon ou d’une autre. « Et en parlant de "seul maître à bord", tu es prêt à accomplir tous ses désirs ? Comme aller lui chercher du chocolat à trois heures du mat’ ? Non parce qu’il parait que c’est pas un mythe ! ». Les fraises, la glace et le chocolat. J’avais toujours été persuadée que la grossesse était une excuse pour se goinfrer de ces bonnes choses. Mais, il parait que non.

En tout cas, voir Nathan aussi heureux me rendait heureuse. Il m’avait fait oublier ma vie de merde. « Tu veux qu'on se fasse quelque chose ce soir ? Histoire de fêter ? Et de t'éloigner un peu de chez toi ? Je suis sûr que ça te ferait du bien ! Et tu pourrais discuter avec Juliet, ça fait longtemps que vous ne vous êtes pas vues. ». C’est vrai que ça faisait longtemps que je ne l’avais pas vu. Et que, c’est vrai ça me donnait envie. Je n’avais pas envie de rentrer chez moi. De retrouver cette atmosphère pesante. Et puis, fêter ça avec eux était une bonne idée. « Tu n'as qu'à rester dîner ici, ou on peut sortir si tu préfères. ». Je lui offrais un beau sourire. Je ne pouvais pas refuser de passer la soirée avec lui. J’en avais terriblement envie. Et puis, ça me faisait du bien de le retrouver. « On pourrait préparer le dîner pour Juliet alors ? ». Je n’avais pas tellement pas envie de sortir. Simplement d’être entouré de Nathan et de Juliet. Ainsi que de babychou. « Je vais envoyer un message à ma mère pour la prévenir en priant pour qu’elle ne vienne pas me chercher par la peau des fesses ! ». Remarque elle ne savait pas où habitait Nathan. Elle ne devait peut-être pas savoir qu’il était là. Enfin, si peut-être. Mais bon. Je tapais rapidement sur mon portable. Avant de reporter mon attention sur Nathan. « C’est gentil de me proposer de rester, Merci. J'avais pas très envie de rentrer pour être honnête...». C’est vrai que j’appréciais vraiment. Et retarder mon retour me soulageais. Même si je me prenais soudainement à penser à ce que Léon pourrait imaginer. Comme s’il en avait quelque chose à faire de moi.

Revenir en haut Aller en bas
Maire Hawkes
+ IN HAWKES WE TRUST
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK


- MESSAGES : 6104
- AVATAR : ANNA CHANCELLOR.
- CRÉDITS : avatar@lokiddles, sign@tumblr.
- EMPLOI : Maire de Painswick.
- POINTS : 7
Voir le profil de l'utilisateur http://youarenotalone.forumactif.org

MessageSujet: Re: Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est pas leurs différences, c’est leur connerie. Ҩ   Dim 8 Sep - 21:19

Nathan ne put réprimer un petit sourire amusé avant de hausser les épaules. La question de Pomme était intéressante, mais il n'en avait aucune idée. Il n'était pas sûr de pouvoir accepter de ne pas savoir le sexe du bébé si jamais Juliet ne voulait pas le connaître. Il était trop curieux, il ne pourrait jamais tenir neuf mois, d'un autre côté, tenir le reste de la grossesse en connaissant le sexe du bébé et sans en parler à Juliet ? C'était dur. Comment est-ce qu'il était censé proposer des prénoms pour le sexe du bébé qu'il savait qu'ils n'auraient pas ? Et puis il ne pourrait pas participer à la décoration de la chambre du bébé, il aurait forcément envie de diriger les couleurs et l'ambiance dans une direction ou dans une autre. Enfin, ce n'était pas la peine de commencer à se prendre la tête avec ça. Premièrement, rien ne lui assurait que Juliet ne voudrait pas savoir – ça l'aurait même étonné en fait – et deuxièmement, il avait d'autres problèmes bien plus importants dont il aurait mieux fait de s'occuper. Il avait envie de décorer la chambre de son futur enfant, de commencer à préparer son arrivée, mais ça commençait par réfléchir à la ville dans laquelle ils allaient l'accueillir, commencer leur nouvelle famille. Il s'était fait au quotidien de Painswick, et il n'avait pas envie de s'éloigner de Matthew, sans compter que ça lui faisait du bien de ne pas avoir à se soucier de son père. Mais il savait également que Juliet aurait du mal à supporter de ne pas repartir à Londres, il avait encore du mal à croire qu'elle ait réussi à survivre aussi longtemps dans ce trou paumé sans frôler la crise de nerf. Il ne se voyait pas lui demander de rester ici. Et puis, il n'y avait que lui qui avait des raisons de vouloir rester ici. À Londres ils avaient quatre grand-parents qui seraient probablement ravis de se porter volontaire pour les aider à s'occuper de l'enfant pour qu'ils puissent tous les deux continuer à bosser. Il ne voyait pas Juliet lâcher définitivement son boulot et lui non plus. Il avait envie de pouvoir offrir à sa famille ce dont ils rêvaient, et il savait que l'arrivée de leur enfant allait donner un coup dans leurs économies. Il fallait qu'il arrête de penser à tout ça, il faudrait qu'il en parle directement avec Juliet.

Il se força à revenir à la réalité et lança un grand sourire à Pomme. « Ouais, il paraît que c'est vrai. Mon père m'a dit que ma mère lui avait fait le coup plus d'une fois quand elle était enceinte de moi. » Il leva brièvement les yeux au ciel, plus amusé que véritablement inquiet à la perspective de devoir aller faire du shopping nocturne pour Juliet. Il ne trouverait rien d'ouvert dans le coin de toute façon, encore un avantage de Londres par rapport à la campagne. Mais il s'efforcerait d'avoir tout ce qu'il lui faudrait au frigo, histoire d'éviter de devoir supporter Juliet hystérique. Il l'avait déjà vue dans cet état là et n'était en aucun cas pressé de recommencer. « Ouais bonne idée, je sais déjà quoi lui faire. » Il allait lui préparer la salade qu'elle préférait avec de la viande en accompagnement. Il ne savait pas si ses goûts avaient beaucoup changé depuis qu'elle était enceinte, mais c'était l'occasion ou jamais de tester. Il lança un petit sourire timide à la jeune femme quand elle lui avoua ne pas avoir eu envie de rentrer et il la reprit dans ses bras, déposant un gros baiser bien bruyant sur son front avant de la reposer par terre. « J'étais sincère quand je t'ai proposé de venir habiter ici quelques temps tu sais. Tu peux venir quand tu veux et rester aussi longtemps qu'il te plaira, tu fais partie de la famille. » Il lui lança un nouveau sourire en coin avant d'ébouriffer rapidement ses cheveux et de se frotter les mains. « On se met au boulot ? Je n'ai pas envie de devoir faire face à une Juliet affamée et toi non plus, crois-moi. » Lâcha-t-il d'un ton amusé avant d'aller chercher ses clés de voiture qui traînaient sur la table du salon. « Il faut qu'on aille faire quelques courses et après on pourra s'y mettre. Tu préfères rester ou tu veux venir avec moi ? J'en ai pour une demi-heure maximum dans tous les cas. » Il fourra ses clés de voiture dans sa poche avant de revenir dans la cuisine, attendant la réponse de Pomme, son éternel sourire au coin des lèvres.


hj:
 

_ _ _ _ _ _ _ _ _
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est pas leurs différences, c’est leur connerie. Ҩ   Mar 24 Sep - 19:28

Un bébé, ça allait sans doute bien occuper Nathan. Après sa naissance mais aussi avant. Après tout, les grossesses ont la réputation de ne pas être de tout repos pour la mère comme pour le père. « Ouais, il paraît que c'est vrai. Mon père m'a dit que ma mère lui avait fait le coup plus d'une fois quand elle était enceinte de moi. » Je riais alors que Nathan leva les yeux au ciel. AU fond, c’était bien une grosse. C’était l’occasion d’avoir son homme à ses pieds pour une fois. Bon avec modération sans doute mais, quand même. Enfin bref, j’avais accepté de rester pour manger ce soir. Préparer le repas pour Juliet me semblait être une bonne idée. Et pour Nathan aussi apparemment. « Ouais bonne idée, je sais déjà quoi lui faire. ». Je lui offrais un sourire. Tant mieux ! Après tout, il la connaissait mieux que moi. C’était lui qui savait ce qui lui ferait plaisir.

J’avouais à Nathan que ça me faisait plaisir de rester. Et qu’au fond, je n’avais pas envie de rentrer chez moi. Il ne tarda pas à me reprendre dans ses bras et à coller un baiser sur mon front. Heureusement que je l’avais, il était comme un grand frère à mes yeux. « J'étais sincère quand je t'ai proposé de venir habiter ici quelques temps tu sais. Tu peux venir quand tu veux et rester aussi longtemps qu'il te plaira, tu fais partie de la famille. ». Et il faisait partie de la mienne. Mais, si j’avais terriblement envie d’accepter, je ne pouvais pas. Et puis je ne devais pas non plus. Fuir était une solution sans vraiment l’être au fond. « Je sais que t’étais sincère et t’inquiète pas, si ça va trop loin je n’hésiterai pas. ». Je lui offrais un large sourire avant de le laisser m’ébouriffer les cheveux. « On se met au boulot ? Je n'ai pas envie de devoir faire face à une Juliet affamée et toi non plus, crois-moi. » Je ne pouvais m’empêcher de rire. En effet, on allait éviter !

Je le laissais allait prendre ses clés de voiture avant de revenir à moi. « Il faut qu'on aille faire quelques courses et après on pourra s'y mettre. Tu préfères rester ou tu veux venir avec moi ? J'en ai pour une demi-heure maximum dans tous les cas. ». Et dans tous les cas, je préférais être avec lui. « Je te suis ! ». Je lui offrais un large sourire avant de lui emboiter le pas.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est pas leurs différences, c’est leur connerie. Ҩ   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est pas leurs différences, c’est leur connerie. Ҩ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ~ La Tristesse m'empêchera-t-elle de vivre ?
» (alam) n'ayez pas de voisins si vous voulez vivre en paix avec eux.
» une école pour apprendre la politesse...
» Vivre ensemble ou mourir seul.
» S'aimer, c'est regarder ensemble dans la meme direction?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
+ THE TOWN :: la kermesse :: #2 Nathan C. Hawkes & Juliet Shappey-