Partagez | .
 

 mon corps, mon âme, prends tout tout de suite. + léon & pomme d'amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: mon corps, mon âme, prends tout tout de suite. + léon & pomme d'amour   Sam 15 Juin - 21:53

Il est tard. Je ferai mieux d'aller me coucher, oui ça vaut mieux. Cette vie de famille m'est insupportable. Ça ne fait qu'une semaine, mais c'est déjà trop. Devoir adresser des faux sourires à ma future belle mère juste pour contenter mon père me rend fou. J'ai envie de me barrer. Je regrette presque de ne pas avoir accepté l'offre de mon père qui était de rester sur Londres, pour mes études. J'aurais un appart pour moi, je pourrais faire ce que je veux, quand je veux. Alors qu'ici... Je ne peux pas ramener de filles, je ne peux pas faire des caprices. Je dois rester sage, dans mon coin, tout ce que je déteste. Je suis exaspéré par la situation. Vraiment, ça ne me convient pas du tout. J'aimerais partir et pourtant, je ne le fais pas. Pourquoi ? Je l'ignore.

Je referme mon livre de théorie du marketing américain, chose que je dois lire pour être prêt pour mon examen de fin d'année. Ça me saoule, ça me gave, ça ne m'apporte strictement rien, donc je ne me complais pas à le faire. Je soupire bruyamment. J'imagine que tout le monde dort ou bien que les deux amoureux de la maison sont en plein ébat pré-nuptiaux. Décidemment, rien que d'y songer ça me dégoûte. Je grimace sans même m'en rendre compte. Je range le livre et je me laisse tomber sur le lit, fatigué. Puis, je me souviens tout à coup que je dois encore me doucher, me brosser les dents et faire toutes ces petites choses d'usage avant de pouvoir me laisser emporter par Morphée. C'est con, je m'endormirai bien, là, tout de suite. Mais c'est vrai aussi que je ne supporte pas de dormir sans avoir pris une bonne douche avant. C'est mon petit rituel du soir. Je me lève donc et claque la porte sans me préoccuper du bruit et du dérangement que cela peut causer au reste des habitants de cette baraque.

La chambre de Pomme est plongée dans le noir, je peux le voir bien que la porte soit fermée. Elle doit dormir, la petite chérie. Depuis son arrivée, je n'ai eu de cesse de l'éviter et de l'ignorer un maximum. J'ai même été plutôt méchant quelques fois. Tout simplement parce que je ne peux m'empêcher de me l'imaginer nue, de me repasser nos ébats inlassablement et parce que sa présence me dérange, m'irrite pour une raison encore inconnue. Et je n'aime pas me sentir comme ça, je n'aime pas avoir à ressentir ça « chez moi. » D'ailleurs, je ne sais même plus vraiment ce que ça fait que de se sentir chez soi.

La lumière de la salle de bain est allumé, je ne me pose pas de question, j'ouvre la porte. Pomme d'amour sort tout juste de la douche et fait glisser sa serviette blanche, prise par surprise. Son corps nu, ses formes, toujours aussi belles, sont là, face à moi. Elles m'appellent. La chaleur me prend immédiatement. Je dois me faire violence pour ne pas lui sauter dessus dans la seconde. Et elle, elle semble tellement gênée. Ses joues se tintent de rouge et elle rattrape très rapidement sa serviette et s'empresse de se recouvrir. J'aimerais tellement la lui arracher, découvrir son corps à nouveau, la déposséder et la posséder encore. J'aimerais tellement qu'elle me supplie de continuer, de lui faire l'amour encore et encore. Je me fais violence, vraiment. Et surtout, je reste là, sans sourire, avec mon regard toujours aussi froid braqué sur elle comme un revolver qui s'apprête à faire feu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: mon corps, mon âme, prends tout tout de suite. + léon & pomme d'amour   Sam 15 Juin - 22:58

J’ai encore la tête dans les bouquins. Je connais mon cours par cœur. Limite je connais mot à mot ce qui est écrit dans ce livre. Je pourrais arrêter. Faire autre chose. Mais étudier c’est mon salut. Mon moyen d’échapper à cet homme. Mon beau-père. Futur beau-père du moins. Si hautain. Si étrange. J’ai l’impression qu’il me prend pour la moitié d’une merde. Et ma mère qui le regarde avec tant de tendresse. D’amour. Qui ne cesse de me dire que grâce à lui elle a retrouvé l’inspiration. Qu’elle va faire une collection de robe de marié. Je n’ai rien contre l’amour. Bien au contraire. Et pourtant, ce mariage à venir me donne la gerbe. Peut-être parce qu’il y a Léon. A chaque fois que je le vois, j’ai envie de lui sauter dessus. De l’embrasser. De lui demander de me ramener au Paradis. De m’ouvrir ses bras. Même quand il est froid. Même quand il est tout sauf tendre. Surtout quand il est tout sauf tendre en fait. J’ai envie de m’approcher de lui pour lui faire passer sa mauvaise humeur. J’ai envie de voir du désir dans ses yeux. De faire disparaitre la colère.  Mais, je ne peux pas. Alors pour oublier tout ça, j’étudiais. Pour penser à autre chose.

Et puis, je sursautais. Surprise d’entendre quelqu’un frapper à ma porte. Ma mère sans aucun doute possible. Vu la douceur du geste. Certes ça m’avait fait sursauter. Mais ça, c’était parce que j’étais concentrée.  Je lui disais donc d’entrer. Me tournant vers la porte. Pour voir son visage qui c’était glissé dans l’encadrement. « Je vais dormir, tu n’éteindras pas trop tard, d’accord ma puce ? ». J’affichais un sourire mi- amusé mi- surpris. Depuis qu’elle était amoureuse, elle jouait les mères prévenantes. Et super douce. Elle l’avait toujours été. Mais beaucoup moins quand même. « Oui, t’inquiète. Je vais à la douche et après je vais me coucher. ». Elle fit un sourire avant de fermer la porte. Cette fois au moins, elle m’avait évité le baiser sur le front. Non parce que, j’y avais eu le droit hier au soir.

Enfin je me dirigeais dans la salle de bain. Pour me glisser sous la douche.  Une bonne douche et rejoindre mon lit douillet. Voilà tout ce dont j’avais besoin là. Je laissais donc l’eau couler sur ma peau. Me souciant peu du temps que j’y passais. J’étais tellement bien là. Et j’aurais peut-être dû y rester.  A peine sortit de la douche, je fais tomber ma serviette blanche. Celle que je venais juste de prendre.  Je la fais tomber sous la surprise. Parce que je mon regard avait croisé celui de Léon. Léon était dans la salle de bain. Alors que j’étais là, complètement nue. Je me dépêchais de rattraper la serviette. De me d’ouvrir à nouveau. Mes joues étaient rougies. Et tout mon corps s’enflammer. Je sentais mon désir revenir au grand galop. Et mon malaise qui était toujours là. Son regard froid ne me lâchait pas. Je me sentais plus nue avec ma serviette que sans finalement. Mon cœur battait furieusement dans ma poitrine. Comme s’il lisait en moi tout le désir que j’avais pour lui. Je ne bougeais pas. Je ne savais pas quoi faire et cette situation me semblait interminable.

Tellement interminable que finalement je craquais. Décidant de briser le silence. « J’en ai plus pour long… je vais te laisser la salle de bain. » Oh oui. J’allais attacher mes cheveux bien que trempés. Mettre mon pyjama. Et filer dans ma chambre. En tentant d’oublier ce moment si…gênant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: mon corps, mon âme, prends tout tout de suite. + léon & pomme d'amour   Dim 16 Juin - 13:59

Ça n'a duré que quelques secondes, et pourtant, ce corps dénudé m'a marqué. Ce n'est pas n'importe quel corps qui puis est. C'est Pomme. C'est Pomme d'amour. Elle est la devant moi, comme une proie face à son prédateur. Je la boufferais. Sexuellement parlant, j'entends. Elle s'est couverte, elle est gênée, elle ne sait plus où se mettre, je le vois bien. J'imagine qu'elle ne sait pas comment interpreter ce regard que je lui lance. Ce regard dur et froid. Ce regard haineux qui est ma manière à moi de lui faire comprendre à quel point je la déteste, à quel point sa présence m'insupporte tant je la désire. J'aime le désir passager, je hais le désir constant. Celui qui est sans cesse sous mon nez et qui me rappelle à quel point je suis impuissant. Oui, je suis impuissant. Je ne peux pas me permettre de céder, de créer quoi que ce soit avec elle. Il y a d'abord des raisons liées à l'éthique, même si ce n'est pas celles qui me bloquent. Mon père n'aimerait pas ça, c'est tout. Et je tiens à mon empire. Je tiens à récupérer l'entreprise familial. Je dois rester droit, je le sais.  Et puis, je ne voudrais pas qu'elle s'imagine des choses, je ne voudrais pas qu'elle pense que je me suis attaché à elle, que je suis du genre romantique et que je puisse désirer autre chose que des ébats dangereux.

« J’en ai plus pour long… je vais te laisser la salle de bain. » Certainement trop excédée par ce silence, Pomme d'amour ouvre la bouche et parle. Mais ça n'a absolument aucun impact sur moi, je ne bouge toujours pas. Elle s'attendait vraisemblablement à ce que je déguerpisse, que je lui laisse un peu d'espace pour continuer à se préparer. Mais je reste, je ne bouge pas, un sourire vicieux naît même sur mon visage. Toujours le silence. Un silence qui se fait horriblement pesant pour Pomme d'amour. Elle en a presque peur, je le sens. Moi, ça ne fait qu'accentuer mon excitation. Je n'ai qu'une envie : la posséder, en faire mienne. J'ai du mal à rester en place, de plus en plus. C'est trop. C'est trop dur. Elle ne fait rien et pourtant, et m'attire à elle comme un aimant. Ma respiration se fait de plus en plus saccader, je dois ressembler à une bête en furie. J'essaye vraiment, vraiment de resister. Je pourrais tourner le dos, partir, mais je crois que ça ne m'encouragerai qu'encore plus à revenir. Alors, n'y tenant plus, alors qu'elle s'apprête à dire quelque chose à nouveau, je me jette sur elle et je lui arrache sa serviette de bain. 

Plaquée contre le mur, Pomme d'amour n'est plus qu'à moi. Mes lèvres se plaquent violemment sur les siennes et lui imposent un baiser virulent. Alors que ma main gauche agrippe férocement sa chevelure brune, la droite se perd un peu sur sa poitrine. Malgré l'apparente violence de mon geste, je ne sens strictement aucune resistance. Pomme d'amour en a envie, elle aussi. En fait, je crois qu'elle n'attendait que ça, qu'on recommence. Ainsi, j'avais réussi mon coup il y a deux ans : la rendre folle au point qu'elle rêve de recommencer, encore et encore. Le problème, c'est que cette fois-ci ça a été à double tranchant et je fus victime de mon propre piège.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: mon corps, mon âme, prends tout tout de suite. + léon & pomme d'amour   Jeu 20 Juin - 18:41

J’avais bientôt fini. Un peu de patience et je lui laissais la salle de bain. Il n’avait qu’à sortir deux petites minutes. Et c’était bon. C’était ce que j’essayais de lui faire comprendre. Mais il restait là. A me regarder.  Je me sentais mal à l’aise. J’attendais qu’il fasse quelque chose. Qu’il parle. Mais non. Un sourire étrange se glissa même sur son visage. Un sourire malsain. Je commençais à flipper. Qu’est-ce qui lui arrivait ? Sa respiration était saccadée. Il faisait une crise d’asthme ou bien ?  Je ne comprenais pas. J’étais de plus en plus paniquée. Et en fait là, j’allais ouvrir la bouche. Lui dire qu’il  avait gagné. C’est bon, je lui laissais la place.

Mais, il n’en fut rien. Parce que d’un coup, il se jeta sur moi. Arrachant ma serviette. Je me retrouvais totalement nu devant lui. N’ayant pas le temps de crier. De paniquer. De réaliser. De réplique. Non, il me plaqua contre le mur. Il se lança alors d’un baiser fou. Un baiser qui n’avait rien de tendre. Mais un baiser qui me faisait perdre la tête malgré tout.  Sa main agrippa ma chevelure. L’autre se retrouvait sur ma poitrine. Je n’opposais aucune résistance. J’en étais incapable. Parce que ce baiser j’en mourrais d’envie.  Parce que la violence du geste ne me faisait rien ? J’étais emprise de désir. Et je n’en demandais pas plus. Je ne répondais plus de rien. J’avais perdu la raison. Et ça semblait lui plaire. Ça semblait le rendre encore plus fou.  Je lâchais alors ses lèvres. Juste le temps de lui retirer son t-shirt. De découvrir son torse à nouveau. De pouvoir caresser ses abdos qui n’avaient pas fondus. Je sentais mon corps frissonnait de plaisir. En demande plus, toujours plus. J’avais oublié tout le malaise de la ma nudité. Je voulais même qu’il soit nu à son tour. Je voulais aller plus loin. Que la fougue l’emporte. Baisser la garde. Et lâcher prise.

Je le voulais. Mais ce n’était pas ce qu’il fallait faire. Mes désirs n’étaient pas conformes à la réalité. Et si la surprise avait endormie la raison, elle revenait bien vite. Et au galop. Je peinais alors détacher mes lèvres de celles de Léon. Mais, j’y parvenais malgré tout. « Léon arrête… qu’est-ce qu’on fout là ? ». Je le regardais. Complètement perdue. Parce que j’en avais vraiment envie. Je voulais passer la nuit dans ses bras. Commencer dans la salle de bain. Finir dans son lit. Et recommencer au matin. Mais, qu’est-ce qu’on foutait ? Nos parents allaient se marier. Ma mère ne cessait de me dire que Léon était mon frère. Elle voulait que je le considère comme telle. Et son père, comment réagirait-il s’il savait ça ? Léon devait reprendre l’entreprise familiale. Et son père ne me kiffait pas vraiment. Alors dans ce contexte, ça allait pire. Qu’est-ce qu’on faisait ? On foutait nos vies en l’air ou on renonçait ? En fait… en étions-nous capables ? « On merde grave là… ». Et pourtant, je me collais un peu plus à lui. Je quittais le mur pour être plaquée contre son torse à lui.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: mon corps, mon âme, prends tout tout de suite. + léon & pomme d'amour   Dim 7 Juil - 21:32


J'avais perdu la raison. Il n'avait suffi que d'un instant, un instant de lacher prise et de folie. Un instant pour lui sauter dessus, pour la libérer de cette serviette de bain qui faisait barrage à mes désirs. Un instant, oui un seul instant et je me retrouve pendu à ses lèvres, les mains baladeuses réalisant enfin ce que je m'étais même interdit d'imaginer. Pendant quelques secondes, il n'y a que elle et moi. Pendant quelques secondes, plus rien ne compte. Quelques secondes seulement, avant que Pomme d'amour ne me repousse doucement. « Léon arrête… qu’est-ce qu’on fout là ? » J'ai presque envie de lui mettre une claque. Oui, une claque pour avoir oser stopper tout ça, pour vouloir en parler. Je n'ai pas envie de parler, non, j'ai juste envie d'oublier cette situation, d'oublier ce putain de principe de ne jamais recoucher deux fois avec la même fille. J'ai envie de m'oublier dans ses bras, rien que pour cette nuit. « Putain, mais pourquoi tu gâches tout ? » dis-je en élevant la voix sans même penser à mon père et à sa mère dans une pièce, pas loin, en train de dormir.

« On merde grave là… » dit-elle sans même répliquer quoi que ce soit à ce que je viens de dire. Elle semble complètement absorbée par ses pensées. complètement ailleurs, sur une autre planète. Et moi, et moi je la laisse s'approcher de moi, se coller à mon torse. Je sens sa poitrine contre ma peau et je ne peux m'empêcher de frémir. Je prends possession de son cou et je la dévore de baisers brûlants. « Oses me dire que tu n'as pas envie de moi. Oses me dire que mes baisers ne te font rien. » Je ne lui laisse pas le temps de répondre, je plaque à nouveau mes lèvres contre les siennes. La chaleur, en moi, redouble d'intensité. Je désire cette fille comme personne. Ça m'énerve et cette colère ne fait qu'accentuer mon excitation. Je me détache un instant d'elle. « Tu n'es légalement pas encore ma soeur. J'en ai rien à foutre des conséquences, ce soir tu m'appartiendras. » j'ajoute en un souffle sans avoir peur de la choquer ou de la rebuter. Je sais qu'elle en a envie. Je sais que sous ses airs angéliques, Pomme d'amour est aussi diabolique que moi.

On entend des toquements à la porte. « Léon, je ne sais pas à qui tu parles mais fais moins de bruits, on essaye de dormir et je crois que ta futur soeur s'est couché. » Je ne réponds rien. Je l'entends s'éloigner. Un sourire pervers naît sur mon visage lorsque je constate que le stresse a totalement envahi Pomme d'amour, elle qui se laissait aller finalement. Je retire mon bas de training, sous ses yeux, en silence, puis mon caleçon dévoilant la moindre parcelle de mon corps. « Je comprends que tu aies peur, mais j'ai besoin d'un service, j'ai besoin que tu me frottes le dos sous la douche. » dis-je en m'éloignant d'elle pour atteindre le cabinet de douche, justement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: mon corps, mon âme, prends tout tout de suite. + léon & pomme d'amour   Mar 9 Juil - 20:27

Nous ne devions pas faire ça. Pourtant, j’en mourrais d’envie. Tout mon corps était brûlant de désir. Mais la morale était là. Bien présente dans un coin de ma tête. Pour me rappeler que non. Je ne savais pas faire ça. Je devais contenir mes pulsions et cesser de jouer avec la vie. Avec nos vies. Je repoussais donc Léon timidement. Ce qui n’avait pas l’air de lui plaire. « Putain, mais pourquoi tu gâches tout ? ». Je baissais les yeux. Je ne voulais pas tout gâcher. Je voulais continuer. Mais était-il bien conscient de ce que l’on risquait ? De ce que l’on faisait ? Je n’en étais pas certaine. Mais, sa réflexion me tiraillait davantage. Mon corps semblait perdre patience. Mes hormones devaient être en ébullition.

Je ne pouvais m’empêcher de penser que nous étions en merder. De merder grave. Mais tout en disant cela, je me rapprochais de lui. Je me collais contre lui. Parce que je n’avais qu’une envie : qu’il recommence. Le corps de Léon frémit. Nous en avions envie tous les deux. C’était affreux de devoir renoncer à un désir double. Ce n’était pas comme s’il n’y avait qu’un de nous deux qui était fou. Non, nous étions bel et bien deux. Deux fous, oui. Deux fous l’un de l’autre.

Les lèvres délicieuses de Léon se posèrent de mon cou. Faisant de cette partie de mon corps son territoire. J’étais incapable d’afficher la moindre résistance. Et le voulais-je seulement ? « Oses me dire que tu n'as pas envie de moi. Oses me dire que mes baisers ne te font rien. ». Il ne me laissa pas le temps de répondre, plaquant ses lèvres sur les miennes avec virulence. Mais le gémissement qui m’avait échappé juste avant avait dû lui donner satisfaction.  Je sens l’excitation monter en moi tel un thermomètre. Et je tente de chasser cette morale qui tente de me ramener sur terre. Je veux aller au septième ciel avec lui. Même si je ne devrais pas. Je vaux qu’il me fasse voir le paradis. Encore une fois. Juste une fois. Une dernière fois. Ses lèvres me quittent à mon grand malheur. « Tu n'es légalement pas encore ma sœur. J'en ai rien à foutre des conséquences, ce soir tu m'appartiendras. ». Il se fout de me choquer. Que je sois d’accord ou non. Il s’agit là d’une simple évidence. D’un avertissement.

Je m’apprêtais à ajouter quelque chose. Mais quelqu’un toqua à la porte. Me faisant sursauter. « Léon, je ne sais pas à qui tu parles mais fais moins de bruits, on essaye de dormir et je crois que ta futur sœur s'est couché. ». Cette voix me donnait des frissons. Je détestais cette voix. Et je détestais ce qu’il disait. Je détestais l’idée qu’il imagine un seul instant que Léon puisse être avec une autre fille que moi. Ça me faisait rougir de colère. De jalousie. Je m’enflammais largement. C’était normal qu’il ne l’imagine pas. Mais en moi tout était un incendie de colère. Même si mon corps ne révélait que la peur que ce type avait fait naître. La peur que tout se brise. Qu’il ouvre la porte et que tout soit fini. Que Léon ne puisse plus jamais toucher mon corps. Le posséder. La morale avait disparu, au fond je le savais. Mon désir n’étant pas que désir mais aussi amour, il n’y avait rien de plus fort. Je suis un être Humain. Non un ange. Il y a des choses contre quoi je ne pouvais pas lutter.

Le stresse m’a envahi, et j’allais dire à Léon que je partais. Avant qu’il ne soit trop tard. Mais son sourire pervers me stoppa un instant. Et quand il se mit nu devant moi je ne répondais plus de rien.  Je n’étais plus que désir malgré le fait que mes jambes tremblaient. « Je comprends que tu aies peur, mais j'ai besoin d'un service, j'ai besoin que tu me frottes le dos sous la douche. ». Il glissa dans la douche. S’éloignant alors de moi. Mon cœur battait à tout rompre. Et maintenant je faisais quoi ? Je partais en courant ? Ou j’allais « lui frotter le dos ». J’inspirais un grand coup. Me glissant à mon tour dans la douche. Je me collais contre lui. « Tu vas me rendre dingue Léon. ». Je le savais. Il allait me rendre folle chaque jour. Et particulièrement ce soir. S’il était à l’image de notre première et seule nuit passée tous les deux.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: mon corps, mon âme, prends tout tout de suite. + léon & pomme d'amour   Jeu 11 Juil - 17:23

Je m'éloigne doucement, sans même jeter un oeil à Pomme d'amour. Je sais qu'elle suivra. J'en suis persuadé. Elle ne peut que répondre à mon invitation. C'est une évidence. « Tu vas me rendre dingue Léon. » Ça veut dire oui. Et je l'entends avancer dans la salle de bain, vers moi. Mais je ne me retourne pas. Je franchis simplement la porte du cabinet de douche que je ne referme pas derrière moi. J'entends un bruit, elle l'a fermé. Je tourne le robinet et l'eau chaud tombe sur mon corps nu et accessoirement sur celui de la belle brune.

Je me tourne enfin pour la regarder. Nous sommes proches, mais nous ne nous touchons pas. Je la regarde simplement, dans les yeux. Et un petit sourire pervers s'inscrit sur mon visage. Elle est belle, elle est sexy et séduisante. Pomme d'amour a tout pour elle. Pourtant, c'est drôle, nous n'avons aucun point commun, je l'ai très vite constaté. Elle est tout ce que je ne suis pas. Elle est gentille, aimable, généreuse et toujours pleine de bonnes intentions. Et pourtant, je suis indéniablement attiré par elle, comme un aimant. Je ne peux m'empêcher de poser les yeux sur elle, de regarder ce qu'elle fait, de m'approcher, d'avoir envie de la toucher et de la posséder. C'est comme ça depuis une semaine. C'est comme ça depuis que nous sommes arrivés dans cette maison. C'est une torture. Et ce soir, je suis fatigué de résister. Même si c'est mal, même si ça risque d'empirer après coup. Même si je risque de vouloir recommencer encore et encore. Même si je n'arriverai jamais à la voir comme une soeur. Je n'ai pas envie de me battre, non pas contre ce désir-là.

Je caresse sa joue, plutôt doucement, plutôt tendrement. Ce qui ne me ressemble pas, d'ailleurs. Je suis porté par je ne sais quoi. Je me laisse aller tout simplement. Et puis, tout à coup, je reprends légèrement mes esprits et j'attrape le gel douche. J'en mets entre mes paumes et je commence à me frotter le corps sans quitter ses yeux marrons. « Tu m'aides, Pomme d'amour ? » je murmure.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: mon corps, mon âme, prends tout tout de suite. + léon & pomme d'amour   Jeu 11 Juil - 19:39

Il le savait. Que j’allais le rejoindre. Que je ne pouvais pas lui résister. Il en avait parfaitement conscience. Et ça rendait encore plus dingue. Parce qu’il avait raison. Je ne pouvais pas refuser cette invitation. Surtout après ses baisers. Ses caresses. Il n’aurait rien fait, j’aurais pu partir. Avoir la volonté de dire non à ce que je voulais. Ou du moins avoir la morale d’aller à l’encontre de ma volonté. C’était plus correcte dit ainsi. Mais, là, ce n’était pas possible. Tout mon corps tremblait de désir. Du manque qu’il avait connu. J’étais donc avec lui. Dans la cabine de douche que j’avais refermée. Il ouvrit le robinet, laissant l’eau chaude couler sur son corps. Sur nos corps. Il était tellement beau. Et sexy. Même de dos. Puisqu’il refusait de me faire face. Tout mon corps était enivré de sa beauté.

Il se retourna enfin pour me regarder. Je me surprenais à ne ressentir aucun malaise concernant son regard sur moi. En fait, je me sentais comme glorifier. Savoir qu’il me portait de l’intérêt, à moi et à mon corps me flattais. C’était malsain. Je devais bien l’admettre. Ais si je pouvais me donner l’apparence d’un ange je ne pouvais le devenir. Mon corps le désirerait toujours. Et l’envie qu’il me fasse l’amour ne me quitterait jamais. J’avais essayé toute cette semaine de nier cela. Mais ce soir, je rendais les armes. Ce soir, je lâchais prise.

Sa main se déposa tendrement sur ma joue. Caressant mon visage.  Mon corps frémit à ce contact si délicieux. Et puis il prend le gel douche. C’est vrai qu’à la base, nous sommes là pour ça. Pour qu’il se lave. Oui, d’accord. Ce n’est que théorique. Purement théorique.  « Tu m'aides, Pomme d'amour ? ». Ce n’est qu’un murmure qui me fait frissonner. Tu m’aides. Il voulait surtout que je caresse son corps. Constater à quel point je le désirais. Même si pour cela il suffisait de me regarder.

Je lui offrais un regard coquin en guise de réponse. Il n’avait pas besoin de mots. Je prenais le gel douche. Pour en mettre au creux de mes mains. Elles se posèrent alors sur le torse de Léon.  Que je caressais tendrement. Avant de faire un tour dans son dos. Pour glisser doucement jusqu’à ses fesses. Ce contact me donnait envie de l’embrasser. Avec fougue. De le laisser faire de moi ce qu’il voulait. Pour me faire retrouver le septième ciel. Que je n’avais connu que dans ses bras. Et qui m’avait manqué. Qui me manquait.

Mes mains quittèrent ses fesses pour se plaquer contre son torse. Mes lèvres se collèrent aux siennes. Repoussant Léon contre la paroi de la douche. Il voulait voir combien je le désirais ? Je le désirais plus que de raison. Je le désirais à devenir une autre. A pouvoir tout lui offrir.  Mes mains passèrent dans ses cheveux. Mais très furtivement. Parce que finalement, elle préférait aller plus bas. Bien plus bas. Était-ce vraiment utile de dire où ? Mais qu’est-ce qui e prenait ? Je ne me connaissais pas aussi entreprenante.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: mon corps, mon âme, prends tout tout de suite. + léon & pomme d'amour   Ven 19 Juil - 21:58

L'eau chaude coule sur ma peau. Mais pas seulement. Les douces caresses de Pomme d'amour s'empressent de venir l'accompagner. L'eau, le savon, ses doigts. Je ne pourrais être plus excité. J'ai envie d'elle. J'ai envie de ne faire qu'un. J'ai envie de redécouvrir ce corps qui m'a fait jouir il y a deux étés de cela. J'ai envie de lui faire oublier son prénom, oublier le mien, oublier cette maison, oublier cette famille, oublier cette situation de merde. J'ai envie de n'être que Pomme et Léon pour l'espace d'un instant. J'ai envie de me laisser aller. De me laisser aller au creux de ses paumes.

Elle est douce, la valse de ses caresses. Douce, mais délicieuse. Elle ne laisse rien au hasard, elle ne laisse tomber aucune partie de mon corps. Et puis, elle se colle contre moi, me mordillant la peau, le cou. Je sens sa poitrine contre mon dos et ça me rend fou. Elle est entreprenante ce soir, ma Pomme d'amour. Elle montre son vrai visage, qui n'a rien de sage ni d'angélique.

Je la repousse, légèrement. Je me retourne, rapidement. Je la prends dans mes bras, viruleusement. Je lui arrache un baiser, violemment. Je la plaque contre le mur de la douche. L'eau coule toujours, mais ça n'a plus vraiment d'importance désormais. Je la dévore de baiser et je la soulève quelque peu. Je n'attends pas sa permission, ni même sa supplication, non, j'en ai trop envie. Je m'empare de son corps et je pénètre dans un océan de plaisir. Je lui fais l'amour comme jamais je ne l'ai fait, avec passion. C'est libérateur. C'est incomparable avec tout le sport que je tentais de faire pour me défouler. C'était ça. Il me fallait Pomme. Le désir, l'attraction qu'elle me provoquait était trop grande pour ne pas être assouvie. Je serais soulagé désormais, du moins je l'espère.

C'est bon, c'est délicieux, sa peau que je couvre de baiser est sucrée. Je me délecte de cet instant, de ce dernier moment de jouissance. Celui où le plaisir est à son maximum, celui où tout est en suspens. Celui où tout est bientôt terminé. Le clous du spectacle.

Je la repose. Tout mon corps tremble. Mes bras sont affaiblis et ma tête tourne doucement. Je pose mes yeux sur elle et j'ai ce regard. Ce regard qui, pour une fois, n'a rien de mal sain. Ce regard que je tente d'annuler. Ce regard que je n'assume pas d'avoir pour elle. Je voudrais l'embrasser, mais je n'en fais rien. Je me contente d'attraper le pommeau de douche et de me rincer, avant de sortir du cabinet et d'attraper ma serviette.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: mon corps, mon âme, prends tout tout de suite. + léon & pomme d'amour   Lun 22 Juil - 21:30

Alors que je menais la danse de caresses, Léon me repoussa légèrement. Il se retourna rapidement. M’emprisonnant dans ses bras virils. M’arrachant des soupirs d’excitation. Il m’embrassa fougueusement, me plaquant contre le mur. Je me laissais littéralement aller dans ses bras. Je le laisser me guider. Ses caresses, ses baisers, l’eau, c’était un véritable délice. Comment avais-je pu résister à cela pendant deux longues années ? Aurait-ce été différent avec un autre ? Évidemment que oui. Personne ne pouvait valoir Léon. Parce que je n’aimais que Léon.  En une nuit dans ses bras il avait tout pris de moi. Je lui appartenais. A lui et rien qu’à lui.  Et le sentir en moi était tout ce qu’il me fallait.

Je savourais chaque instant, m’enivrant de son odeur. Jouissant à chaque mouvement de rein. Me délectant de chacun de ses baisers. Il faisait de moi une femme. Je me sentais vivante dans ses bras. Et je voulais que cette jouissance si intense qu’elle ne devenait malsaine ne s’arrête jamais. Le plaisait était à son apogée et je ne pouvais regretter ce moment même en sentant la fin de venir. J’oubliais tout. Pour prendre plaisir autant que possible. C’était le summum de la perfection. Léon était un dieu du sexe. Et si seulement il était plus que ça. Et moins que mon beau-frère.

Une fois au sol, je sentais son corps trembler. Ou plutôt, je le voyais. Je croisais son regard. Il semblait si tendre, si affectueux. Bien loin de ce regard malsain qu’il avait habituellement pour moi. Il semblait, je devais halluciner oui. Me faire des idées parce que je le voulais.  Il prit le pommeau de douche sans un mot, se rinçant sans m’adresser un regard. Alors que moi, je le dévorais des yeux. Moi, je ne me lassais pas de son corps parfait. Et ma langue me brûlait, de l’envie de laisser échapper des mots tendre. Des mots d’amour. De le questionner. De pénétrer son esprit.

Quand il quitta la douche, toujours sans un regard, je me rinçais à mon tour. Nos corps s’étant entrelacés alors que celui de Léon était enduit de savon.  Je faisais cela rapidement. Parce que je voulais sortir. Le retrouver avant qu’il ne s’éclipse. Parce que j’avais le sentiment qu’il allait le faire.

Me retrouvant à nouveau nu face à lui alors qu’il était en serviette, j’allais ramasser la mienne. Il était peut-être temps. C’était sans doute mieux ainsi. Surtout que je semblais ne plus exister à nouveau. Et pourtant malgré ça, je retournais vers lui. Face à lui. Je déposais un rapide baiser sur ses lèvres. Comme pour tenter de faire durer le moment qu’on avait eu sous la douche.  « Ça s’arrête là ? ». Mon corps tremblait malgré moi. Je ne voulais pas qu’il me dise que oui. Que nous avions baisé et que c’était fini. Je… cette idée me détruisait. Pourtant, j’étais certaine de sa réponse même si je ne voulais pas l’entendre. J’étais prête à lui dire que j’avais attendu deux ans pour recoucher avec quelqu’un. Avec lui.  Qu’il me devait bien un deuxième rond. J’étais prête à dire cela pour ne pas l’abandonner. Mais en fait, mon cœur semblait au bord du suicide. Ce n’était pas que du sexe pour moi.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: mon corps, mon âme, prends tout tout de suite. + léon & pomme d'amour   Mer 14 Aoû - 22:41

J'ai le regard vide. Je suis perdu. Je suis dans cette salle de bain, avec elle, vidé de mon énergie. Oui, j'y suis. J'y suis physiquement. Mais ma tête est ailleurs. Loin, très loin. Je flotte. Je flotte dans un océan d'illusions et de doutes. Mon âme me tiraille et je ne comprends rien. Quel est ce sentiment qui me hante ? Quelle est cette souffrance qui m'anime ? Je suis perdu, totalement perdu. Et si il n'y avait pas sa voix, sa voix à elle, pour me ramener à la réalité, je resterai pour toujours dans ce flou infini qui m'a kidnappé. « Ça s’arrête là ? » dit-elle proche de moi, trop proche de moi. Elle vient de m'embrasser. Elle vient de déposer un baiser sur mes lèvres. Comme si ce que nous venions de faire avait compté. Comme si c'était plus que ce que ça devait être.

Je reste muet, interdit. Je ne trouve rien d'intelligent à dire tout de suite, alors je continue de me frotter. J'attrape un short de sport et je l'enfile, à défaut de mieux. Je saisis sa petite nuisette et sans un regard je la lui tends. « Rhabilles toi Pomme. » Pas de Pomme d'amour, je n'en ai même pas la force. La séduction, l'ironie ne sont pas pour moi ce soir. Je reste froid, insensible. Je redeviens le Léon qu'elle a connu toute cette semaine. Et en instant, j'efface tout ce qui vient de se passer. Je la sens frémir à quelques centimètres de moi. Je sens qu'elle n'est pas bien. Et la vérité, c'est que j'aimerais la prendre dans mes bras et tout faire pour qu'elle arrête ça immédiatement. J'aimerais presque la rassurer. Mais ces envies, ces pensées me rendent malade. Je ne peux pas ressentir de telles choses. Et surtout pas pour elle. Ça me rend fou. Ça me rend hors de moi.

Elle ne bouge pas. Je ne sais pas si elle a peur, si elle est déçue, si elle est choquée, si elle est dégoûtée comme moi. Je n'en sais rien. Je n'en sais strictement rien. « Putain Pomme ! Rhabilles toi s'il te plait. » Je siffle entre mes dents en m'interdisant de crier. Voyant qu'elle ne fait toujours rien, je lève mes yeux sur elle. Elle n'a cessé de me regarder. Ce que je lis dans son regard est indescriptible. Sans un mot, je lui enfile sa nuisette. Je sens sa chaleur. Je touche sa peau dorée par le soleil. J'en frissonne. Cette proximité me perturbe et je ne peux nier cette profonde attraction que je ressens pour elle. Je caresse sa joue, je joue avec ses cheveux et toujours, je reste silencieux.

Je soupire. Ce silence me pèse, malgré le fait que ce soit moi qui l'ait instauré. J'ouvre la porte de la salle de bain. Et j'invite Pomme à passer devant moi. J'éteins la lumière et je l'observe se diriger sans un bruit vers sa chambre. Elle ne se retourne pas et ne remarque donc pas que je la suis. Une fois à l'intérieur, je ferme sa porte ce qui l'a fait sursauter légèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: mon corps, mon âme, prends tout tout de suite. + léon & pomme d'amour   Ven 16 Aoû - 18:40

Il ne dit rien. Il me regarde. Il est là. Et moi, je suis perdue. Complètement perdue. Je ne voulais pas être cette fille-là. Je ne voulais pas être juste un jeu pour lui. Une poupée avec laquelle faire sa petite affaire. J’avais envie de pleurer. Mais, j’en étais incapable. Alors, je restais plantais là. A le regarder enfiler un short. A le regarder se rhabiller. Me faisant parfaitement comprendre que rien de tout ça n’avait compté. Il prit ma nuisette. Et sans m’offrir un regard, il m’intimait de la prendre. Mais, je ne voulais pas. J’en avais rien à faire d’être nue. Je n’avais pas envie de m’habiller. Je n’avais plus la force de bouger. « Rhabilles toi Pomme. ». C’était la nuisette que ma mère m’avait faite sur mesure. Elle m’avait dit que je devais être sexy si je venais à dormir avec un garçon. Et puis, elle avait ri. En disant qu’il y avait peu de chances que ça m’arrive. Eh bien, ça m’était arrivé. Et maintenant ? Je devais enfiler ce truc. Mais pas pour être sexy. Non, pour qu’il ne voit plus mon corps. Pour qu’il oublie ce que nous avions fait. J’avais tellement envie de pleurer. Mon corps bouillonnait encore de notre ébat. Mais, je me sentais comme frigorifiée. C’était la première fois qu’il m’avait appelé Pomme. Au revoir Pomme d’amour. Je n’étais plus rien pour lui.

Mon cœur battait à tout rompre. Alors qu’intérieurement, je le suppliais d’arrêter. Je le suppliais de cesser ce petit numéro. De m’enfoncer dans cette souffrance. Parce que oui, je souffrais. Je souffrais de n’être rien pour lui. Et qu’il soit tout pour moi. « Putain Pomme ! Rhabilles toi s'il te plait. ». Il avait sifflé entre ses dents. Refusant de crier cette fois. Il était revenu sur Terre. Comprenant qu’il avait trop à perdre avec moi. Lui était revenu sur Terre. Mais, moi, j’étais loin.  Son regard croisa enfin le mieux.  Vide et triste. J’aimerais tant compter pour lui. Je n’avais plus la force de rien. Et je crois qu’il venait de le comprendre. Il s’approcha de moi avec la nuisette pour les nuits torrides de maman. Et il me l’enfila. Le contact de ses doigts sur ma peau me glaça le sang. Alors que mon cœur battait si vite qu’il en était douloureux. Il caressait ma joue. Jouait avec mes cheveux. Et je me laissais faire. Parce que je le désirais, ces gestes. J’en avais besoin. Mon corps. Mon cœur. Mon âme. J’avais besoin d’avoir l’illusion que j’existais. Au moins quelques secondes.

Il poussa un soupir. Je savais que c’était la fin. Il ouvrit la porte. Je passais devant lui comme il me l’indiquait. Tête basse. Je me dirigeais vers ma chambre. Je me sentais épuisée. Mais tellement tourmentée. Je n’allais jamais réussir à fermer l’œil. Dans quel enfer m’étais-je plongée ? Pourquoi tombais-je amoureuse de la mauvaise personne ? Je soupire en rentrant dans ma chambre. Je pensais être seule pour ruminer. Mais, la porte se ferma m’arrachant un sursaut. Je me tournais automatiquement. Léon était là, devant moi. Toujours aussi séduisant dans son short. Mais, je ne comprenais. Pourquoi était-il dans ma chambre. « Tu as besoin de quelque chose ? ». Ma voix était un simple murmure. J’avais réussi à articuler. C’était déjà bien. Que voulait-il ? S’il voulait s’assurer mon silence alors il était venu pour rien. J’avais autant à perdre que lui. Je n’irais jamais rien là-dessus à nos parents.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: mon corps, mon âme, prends tout tout de suite. + léon & pomme d'amour   Mar 20 Aoû - 22:23

Je ne sais pas pourquoi, tout à coup, je me retrouve là, dans sa chambre. J'ai été comme obligé de la suivre, de me laisser emmener dans cette pièce alors même que ce n'était pas son idée. Et maintenant, une fois de plus, je me retrouve face à elle, impuissant, sans la moindre idée de ce qu'il convient de faire. Je ne sais même pas pourquoi je suis là. Je n'ai pas d'explication à donner, non, aucune.

« Tu as besoin de quelque chose ? » demande-t-elle d'une voix extrêmement faible. Elle reste immobile, comme paralysée. Par la peur ? Je l'ignore, mais elle n'ose pas esquisser ne serait-ce qu'un mouvement. Je marche donc doucement vers elle. « Non, je n'ai besoin de rien. » dis-je alors en guise de réponse. Je la sens alors m'interroger du regard. Comme pour me demander ce que je pouvais bien faire là du coup. Ne me sentant pas obligé de répondre, je continue d'avancer lentement dans sa direction, en silence et sans la regarder directement dans les yeux.

J'arrive enfin à sa hauteur, après de longues secondes. J'y arrive et je tends mes deux bras vers elle. Je la saisis et je l'attire contre moi. Je sens son odeur, sa délicieuse odeur et je baise son cou. « Pomme d'amour, je ne te le dirai qu'une seule fois. Pour ce qui est arrivé et ce qui est à venir... » Je commence en chuchotant. Je la repousse quelque peu. J'attrape sa main et je l'attire vers le lit. Je m'y allonge, l'invitant à faire de même. Je tire le drap vers nous et je me blottis dans ses bras. Et enfin, je plonge mon regard dans le sien. «... Je suis désolé. » Et je plaque délicatement mes lèvres contre les siennes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: mon corps, mon âme, prends tout tout de suite. + léon & pomme d'amour   

Revenir en haut Aller en bas
 

mon corps, mon âme, prends tout tout de suite. + léon & pomme d'amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mon cher journal, Abby • J'écris tout tout tout!
» Pour tous les fans de Katekyo Hitman Reborn ^^
» VENTE DE GARAGE, TOUT TOUT TOUT EST EN LIQUIDATION!!! VENEZ VOIR ÇA, C'EST LA GRANDE VENTE DE L'ANNÉE!!! OMG C'EST MALADE!!!
» Elle hante mes songes, et toi tu me hantes tout court TT [Japan]
» Les aventuriers vont jamais tout droit...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
+ THE TOWN :: la kermesse :: #27 Léon de Sèves et Pomme L. Merry-