Partagez | .
 

 JEREMY & WYATT - Chapitre II : « Work hard, play hard. » [+18]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: JEREMY & WYATT - Chapitre II : « Work hard, play hard. » [+18]   Jeu 16 Jan - 15:22



Work hard, play hard. bed [+18]

Le bruit de l'horloge dans ma chambre commence à me rendre fou. Ça fait des heures que je bosse sans relâche avec pour seul fond sonore le clung-clung de la trotteuse qui poursuit sa course mêlé à la respiration profonde de mon professeur particulier qui regarde par dessus mon épaule. Je fronce les sourcils et passe un coup de pouce rapide sur le trait de crayon pour souligner l'ombre de mon dessin avant de me reculer un peu pour me rendre compte du résultat. Ce n'est pas mal, mais pas parfait non plus. J'ai toujours eu un peu de difficulté avec les nues d'homme, surtout sans modèle. Je soupire et passe mes doigts noircis par le crayon entre mes cheveux rebelles. Je ne sais pas quoi rectifier, mes lignes sont pourtant harmonieuses et proportionnées, mes ombres correctes par rapport à la direction de la lumière... Peut être que son visage n'est pas assez expressif. J'en sais rien, je suis à bout là. Je suis sur ce dessin depuis des heures et ça ne ressemble à rien. Je fait pivoter mon tabouret roulant et plante mon regard dans celui de Wyatt.

« Bon, et maintenant je fais quoi ? » Dis-je avec un ton agacé.

Cela fait des semaines que je paye mon professeur de l'université pour venir à la maison me donner des cours supplémentaires. Non pas que mon diplôme m’intéresse, mais de toute façon je ne m'imagine pas demeurer étudiant toute ma vie, c'est trop chiant. En le regardant, je me rend compte que le visage de mon dessin est bien trop fade, il faudrait que je rajoute un pétillement dans les yeux, quelques imperfections de la peau, peut être même lui rajouter une barbe mal rasée. Le défaut de mon oeuvre, c'est qu'elle n'en a pas assez. Cet homme est trop propre, trop tiré avec des épingles, trop parfait en résumé. Un sourire s'étire sur mes lèvres et je re-pivote vers ma feuille afin d'y ajouter ce qui manque. Quand je me redresse, le dessin est enfin tel qu'il aurait du être dès le début. L'homme est si réaliste qu'on pourrait avoir l'impression qu'il va sortir du papier. Je soupire de soulagement et m'étire comme un chat.

« Voilà ! Finalement c'était pas trop compliqué. T'en penses quoi ? »

Lorsque je me retourne pour connaître la réponse, je tombe nez-à-nez avec Wyatt qui s'est approché pour mieux voir les détails de mon travail. Nos visages si près l'un de l'autre me coupent le souffle et je m'esquive rapidement en rougissant. Ce n'est pas le moment pour flancher, en plus Joan est à la maison à l'étage juste au dessus. Je voudrais pas qu'elle pique une crise, déjà que ce que je lui ai dit à propos de mon professeur ne l'a pas enchantée à la base...

©️ one more time.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: JEREMY & WYATT - Chapitre II : « Work hard, play hard. » [+18]   Ven 17 Jan - 7:46

Work hard, play hard
jeremy & wyatt
Les bras croisés sur le torse, j'observe Jeremy se concentrer sur son dessin. Cela doit faire deux, peut-être trois heures qu'il est dessus, mais ça m'est égal. J'ai tout mon temps. Je ne cherche même pas à l'aider, préférant voir ce qu'il peut faire seul. A mes yeux, il ne s'en sort pas trop mal. Il y avait une infinité de sujets que j'aurai pu lui proposer, mais il avait fallu que je lui impose le nu d'homme. Sans modèle. A plusieurs reprises je manquais de me proposer, sauf que mon côté pédagogue avait repris le dessus. Et très franchement, je n'avais absolument pas la tête -ou plutôt le corps- de l'emploi. Non, c'était plus intéressant de le voir s'imaginer ce que ça donnerait. Un nu de femmes lui serait sûrement plus familier, pourtant non. Autant lui apprendre à cerner ses défauts où il en avait. Sa tête se  tourna quelque fois vers moi avec un regard interrogateur, mais je laissais le silence persister dans la pièce. Tic, tac, tic, tac... Je n'avais même pas besoin de chercher quelque chose pour m'occuper. La mine sérieuse du jeune homme suffisait à me faire passer le temps. Pour un peu, j'aurais pu prendre à mon tour une feuille et un crayon pour le dessiner lui. Peut-être que je finirais par m'adonner au même exercice que lui et crayonner juste en fouillant dans mes souvenirs. Quoique souvenirs, imagination... il y avait une certaine différence. L'homme couché sur le papier était vide, sans âme. Pas assez réel pour représenter une tierce personne. Jeremy avait l'air de s'en apercevoir aussi, vu son air bougon. « Maintenant, tu regardes ton dessin et essaye de cerner ses défauts. Si ça peut te rassurer, il n'y en a pas des masses. » Dis comme ça, cela paraissait tellement évident. A force de me fixer, ce fut comme si le jeune avait une illumination, et le voilà reparti dans la création de détails qui, l'air de rien, commençaient à faire toute la différence.

Il ne fallu plus que quelques minutes pour qu'il peaufine et pose le crayon, signe qu'il avait fini. M'avançant de plus près pour observer la précision des détails. Je stoppais net quand nos visages se retrouvèrent très -trop- proches l'un de l'autre. Pour une fois que je n'avais rien fait pour en arriver là. Je souris légèrement en le sentant se reculer vivement, déjà rouge. Il était marrant quand il se mettait à jouer sa vierge effarouchée... Parfois, on aurait vraiment dit une femmelette. Mon attention retourna sur le dessin durant quelques secondes. « Le dessin est très bien fait. Il reste quelques légers défauts mais ce n'est pas grave, ce serait humiliant que l'élève dépasse le maître. Il me faut bien une raison de venir t'embêter toutes les semaines chez toi. » Enfin, chez toi et tes sœurs. J'avais croisé l'une d'elle en arrivant, qui m'avait lancé un drôle de regard d'ailleurs. Mais je n'y avait pas prêté plus d'attention. Je me redressais et posais mes mains sur les épaules de Jeremy, pour le masser légèrement. « T'as assez travaillé pour aujourd'hui, faut te détendre maintenant. On reprendra ça un autre jour. » Il n'empêche que je n'étais pas dans l'optique de partir. Pas tout de suite. « J'ai juste une question, à propos de ton travail. Tu as déjà fixé des hommes nus pour arriver à de tels détails ? Ou alors tu as juste une imagination particulièrement juste. » Question tout à fait innocente, bien sûr.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: JEREMY & WYATT - Chapitre II : « Work hard, play hard. » [+18]   Sam 18 Jan - 15:13



Work hard, play hard. bed [+18]

Je suis assez contente que mon travail finisse par payer. Les leçons que je prends avec Wyatt me sont bénéfiques, je fais de gros progrès lorsque je ne suis pas dans une salle de classe. Peut être que c'est l'environnement scolaire qui me déplaît, ou peut être que je préfère être seul avec mon prof parce que je suis plus détendu. Je ne sais pas encore bien ce que nous sommes l'un pour l'autre, mais il est clair que notre relation dépasse de loin celle qui devrait unir un élève et un professeur. Faire semblant de ne pas être proches devant les autres, c'est un peu trop hypocrite à mon goût. Je soupire et m'étire de nouveau. A force d'être courbé au dessus de ma feuille, j'ai mal au dos. Un jour il faudrait que je reparle à maman de l'investissement pour ma table de travail inclinable. Ça me changerait la vie. D'un léger coup de pied sur le sol, je roule grâce à mon tabouret jusqu'à la porte vitrée de mon balcon que j'ouvre avant d'allumer une clope. Alors que je tire ma première latte, je m'étouffe en entendant la question de Wyatt.

« J'ai juste une question, à propos de ton travail. Tu as déjà fixé des hommes nus pour arriver à de tels détails ? Ou alors tu as juste une imagination particulièrement juste. » Demande-t-il.

Il plaisante là, hein ? Je fronce les sourcils en le dévisageant. Sa question ne peut pas être sérieuse, il se moque de moi. Il sait très bien que ce sujet me déplaît. Comme si j'étais du genre à aller mater les garçons dans les vestiaires du gymnase ! Je grommelle quelque chose du genre :

« Gnépab'soind'çapoursavoirakoiçar'semble. »

Peu compréhensible, je l'admet, mais à question stupide s'accorde une réponse stupide. Je n'ai pas besoin de fixer des hommes nus pour savoir comment c'est fait. Je me croise dans le miroir de ma salle de bain depuis que je suis tout petit, il me semble que c'est un exemple suffisant ! Pourtant... Il est vrai que l'homme sur le papier ne me ressemble pas. Il est plus grand, plus large d'épaules, plus musclé, plus ténébreux aussi. Je suppose que mon imagination joue également un rôle important dans la réalisation de ce dessin. De toute façon, je ne suis pas con, je sais très bien pourquoi Wyatt m'a donné ce sujet-là. Il est sans cesse en train de me reluquer, de poser ses mains sur mes joues, mes épaules, mes cuisses... Je lui plait, c'est certain. Disons que je me contente d'ignorer ses avances et de le repousser si besoin est. Mais je ne trompe pas grand monde en agissant ainsi. Il est clair qu'il ne me laisse pas indifférent. Je tire encore quelques lattes sur ma cigarette avant de la jeter dans le cendrier dehors et de refermer la vitre.

« Mon imagination a fait la moitié du boulot, mes notions d'anatomie ont fait le reste. Je ne m’attarde pas dans les vestiaires pour m'inspirer, si c'est la question. »

Sec, piquant, légèrement provocateur, voilà un propos digne du petit con que je suis. Ce petit jeu qui nous lie a tendance à me dépasser par moments, mais je n'aime pas perdre.

©️ one more time.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: JEREMY & WYATT - Chapitre II : « Work hard, play hard. » [+18]   Jeu 23 Jan - 22:40

Work hard, play hard
jeremy & wyatt
Il ne le savait pas forcément, mais plus il réagissait, plus ça me donnait envie de l'embêter le gamin. J'appréciais particulièrement son regard outré et ses grognements de mécontentement. C'étit amusant à regarder. Ce coup-ci, il faut avouer que je n'ai pas cherché bien loin pour le faire réagir. Rien que le terme d'homme le faisait se renfrogner. J'avais bien une petite idée sur le pourquoi du comment, mais j'évitais de trop m'avancer. Et de me faire de faux espoirs, par la même occasion. Mais très honnêtement, j'aurais adoré être certain qu'il commençait à douter. Le jour où il décidait de se mettre aux hommes, je comptais bien être le premier sur la liste. Tant pis si j'avais encore du temps devant moi avant que ça se concrétise. J'avais quand même bon espoir. Il opposait de moins en moins de résistance comparé à quelques semaines plus tôt, quand j'avais commencé à jouer à ce jeu dangereux. J'aurais du arrêter avant, quand ça m'était encore tout à fait possible. Là, je ne m'imaginais plus tout stopper, redevenir un professeur tout ce qu'il y a de plus normal avec Jeremy. Ce n'est pas de ma faute s'il a fallu qu'il s'immisce autant dans mes pensées. C'était pas possible d'être autant obsédé par un jeune homme. Un de ceux avec qui je n'ai rien le droit de faire. Au diable les bonnes résolutions. Je ne comptais pas attendre qu'il quitte l'université pour revenir me pointer avec un grand sourire en prétendant avoir désormais toutes mes chances.
Je le laissais fumer sa cigarette sans rien rajouter, à nouveau penché au dessus de son dessin. Il avait vraiment fait du bon travail. La silhouette musclée de l'homme avait quelque chose de lascif couché de la sorte. J'appréciais l'aspect détendu que Jerem lui avait attribué. Le coup de crayon était fluide aussi, assez pour que ce soit particulièrement agréable à admirer. Je relevais la tête vers le brun en l'entendant répondre à ma question. Il paraissait sûr de lui, à jouer au petit con. Je me redressais lentement, un sourire en coin. Il voulait jouer à ça ? Il s'aventurait sur un terrain glissant. Je savais exactement où appuyer pour le mettre le plus mal à l'aise possible. Comme un prédateur, je fis quelques pas nonchalants vers le bouclé jusqu'à être face à lui, nos deux visages excessivement proches. Assez pour que je puisse sentir son souffle se heurter au mien. Mauvaise idée en fait. Il aurait suffit de quelques millimètres pour l'embrasser, et... Non. Mes lèvres dévièrent près de son oreille. « Tu ne sais pas apprécier les belles choses gamin... Et crois moi, pour les notions d'anatomie, rien ne vaut la pratique. »
Code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: JEREMY & WYATT - Chapitre II : « Work hard, play hard. » [+18]   Mer 29 Jan - 18:16



Work hard, play hard. bed [+18]

Les mains tremblantes, je regarde Wyatt s'approcher de moi, un sourire carnassier sur les lèvres. Ses lèvres, d'ailleurs, roses et gonflées sont la seule chose que je peux regarder à l'instant. Je déglutit, il s'approche, le temps se suspend. Lentement, je recule d'un pas et me retrouve dos à la vitre qui sépare la chambre de mon balcon. Il est trop près à présent, beaucoup trop près, c'est dangereux. Je retiens mon souffle, de peur de respirer son odeur et de perdre pied. Je dois rester fort, ne pas flancher. Le bougre sait s'y prendre avec moi, il m'a déjà volé plusieurs baisers ainsi dans les recoins sombres de l'université. Je ne peux pas le laisser faire, ce n'est pas possible. J'ai une réputation à tenir, et puis je ne peux pas prendre le risque que Joan entende ou surprenne quoi que ce soit. Alors que les lèvres de Wyatt frôlent presque les miennes et que je ferme à moitié les yeux de stupeur, il pivote finalement et souffle sur mon oreille, déclenchant des frissons le long de ma colonne vertébrale.

« Tu ne sais pas apprécier les belles choses gamin... Et crois moi, pour les notions d'anatomie, rien ne vaut la pratique. »

Je déglutit alors que mes yeux se ferment avec force. C'est pas juste, il triche. Je mord ma lèvre inférieure et me laisse aller à poser mes mains sur ses épaules. Je ne l'invite à rien, mais je ne le repousse pas pour autant. Quelque chose est en train de m'arriver. Quelque chose de grave. Je me sens frustré, vexé qu'il ne m'ai pas embrassé. Pourtant ce n'est pas ce que je désirais, si ? Je grimace car mon coeur bat à un rythme bien trop rapide pour que ça passe inaperçu. Ce sale traître est en train de me vendre. Il faut que je trouve quelque chose à répondre, vite, ou bien Wyatt va prendre mon silence et mes mains sur lui pour une invitation ! Je cherche, je cherche, mais je ne trouve rien de glorieux à dire. Mon cerveau est ramolli par le bruit de mon sang qui bat dans mes tympans. Poum. Poum. Poum. Il ne s'arrête plus, j'ai l'impression que je vais exploser. Je ne me suis jamais senti ainsi en présence d'une fille. Cela me fait mal de l'admettre, mais je suis plus excité que jamais, et c'est avec lui. Je faisais fausse route. Je ne suis ni hétéro, ni bisexuel, ni perdu et encore moins prisonnier d'une relation dont je ne veux pas. malgré ce que disent mes pensées, mon corps est entièrement consentant, il en redemande. Je finis par murmurer, plus comme une supplication :

« Recule, s'il te plait. La porte est ouverte et ma sœur est là. Je... Je veux pas qu'elle nous voit comme ça. »

Ma voix dit une chose alors que mes poumons voudraient hurler pour qu'il ne me lâche pas. J'ai le souffle court, comme si j'avais couru un 100 mètres, alors qu'il n'a rien fait de plus que me frôler et de chuchoter à mon oreille. Il est fort, très fort. Et moi je viens de signer mon arrêt de mort en oubliant de le gifler.

©️ one more time.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: JEREMY & WYATT - Chapitre II : « Work hard, play hard. » [+18]   Dim 2 Fév - 20:53

Work hard, play hard
jeremy & wyatt
C'était comme si le temps avait suspendu son cours. Je ne pensais plus normalement, ne réagissais plus normalement, bougeais à peine. Merde. Pour un geste tout à fait anodin, les quelques ratés de mon cœur en faisaient un gros pataquès. Je me retrouvais surtout pris à mon propre piège. Je le savais pourtant que mieux valait ne pas tenter le diable... J'avais eu envie de le mettre mal à l'aise, mais maintenant je n'avais plus qu'une envie : céder à mes pulsions. J'étais toujours dans l'optique de ne le forcer à rien, alors je me retrouvais face à un problème. Je lui avais déjà volé des baisers, et justement, ceux-ci étaient volés à un moment où Jeremy ne s'y attendait pas, juste pour le voir piquer un fard. Une fois même, j'avais eu une gifle en réponse. Le genre de gifle à peine convaincue, qu'on se le dise. Mais là... le baiser serait trop bienvenu. C'était ça le principal souci. Il ne suffisait que de quelques maigres centimètres. Les bras du jeune homme posé sur mes épaules m'encourageaient à ne pas bouger, ne rien faire du tout. Nous étions en plein dilemme intérieur il semblerait. Je respirais difficilement, chaque bouffée d'air amenant avec elle l'odeur du parfum de Jeremy. Misère. Presque collé l'un à l'autre, lui sans la possibilité de s'échapper et sans la volonté apparente, la position était trop équivoque, trop tentante. Je n'étais qu'un homme, merde. Et comment cela se faisait-il que je perdais autant les pédales ? Les sentiments étaient décidément une science compliquée et inexpliquée. C'était la tentation même.
Sa voix me ramène légèrement à la réalité. Ah oui, sa sœur. Notre position qui peut prêter à confusion. Notre proximité intenable. Bon sang. A ce moment là, j'en oubliais que le monde entier existait. Nous, spécifiquement je, n'avais pas le droit de faire ça, pas avec mon élève. Je pouvais me retrouver viré, voir des rumeurs se répandre, être vu comme une sorte de pédophile qui abuse de ses élèves, être vu comme un paria. Finalement, qu'est-ce que je m'en fous de sa sœur ! Juste quelques secondes, juste... un baiser. Un seul. Ma main passe sur sa nuque, et mes lèvres se pressent contre les siennes. Pour la première fois, je prends mon temps. Dieu que c'est bon. J'en oublie au passage mes convictions. Non, ce n'est pas juste un bref baiser, mais plutôt celui qui te fait perdre ton souffle jusqu'au bout, celui qui te fait littéralement oublier qui tu es, où tu habites. Le genre qui te fait croire dans un dessin animé tellement tu as l'impression que ton cœur va s'éjecter de ta poitrine. Quand je m'arrête enfin, je suis pantelant. Je glisse un regard vers la porte. A contre-coeur, ma main se décolle de la peau de Jeremy. Je me décolle tout simplement de lui. Je ne lui tourne même pas le dos en allant vers la porte. Sa sœur ne semblait pas être dans le couloir en tout cas. Si c'est le fait qu'elle nous voie le problème, j'ai la solution. La porte se retrouve fermée, et comme un robot, je retourne vers le brun. Juste pour retrouver cette proximité. « Et si la porte est fermée ? » demandais-je bassement, la voix rauque.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: JEREMY & WYATT - Chapitre II : « Work hard, play hard. » [+18]   Mar 11 Fév - 12:25



Work hard, play hard. bed [+18]

Pour évaluer la température actuelle de mon corps, il suffirait d'imaginer un œuf cuire sur la capot d'un bagnole laissée en plein soleil au mois d’août. Pourtant il n'y a ici ni œuf, ni voiture, ni soleil. Seulement un pauvre crétin d'étudiant appuyé contre une vitre avec son professeur hyper sexy à seulement quelques centimètres. Mon regard ne se détache pas du sien. Au fond, j'ai surtout peur qu'il disparaisse si je cligne des yeux, comme une hallucination. Après un long moment de silence, je lui demande de reculer. Il n'a pas l'air vexé que je le refoule une fois de plus, mais il ne fait aucun mouvement vers l'arrière pour autant. Au contraire, il avance un peu plus. Sa jambe glisse entre les miennes et il me presse contre la vitre froide. Sa main passe derrière ma nuque et nos lèvres se rencontrent. Je frissonne à ce contact et retiens de justesse un petit gémissement. Non mais franchement, je suis irrécupérable. Le baiser dure plus longtemps que ce que je croyais. Lentement, je perds pied et ferme les yeux, m'abandonnant entièrement à son étreinte passionnée. Mais alors que je m'apprête à lécher ses lèvres pour aller plus loin, il se décide enfin à me lâcher et à reculer. Je le regarde, incrédule. Je ne suis pas surpris qu'il m'ai embrassé, ni qu'il ai arrêté. Je suis choqué par ma réaction. J'aurais du le repousser, le gifler, le traiter de gros pervers comme d'habitude. Mais non. Je dois bien l'avouer, j'ai aimé ça. Je suis une pédale. Je soupire en le regardant fermer la porte. Je suis dans une sacré galère là maintenant.

« Si... Si la porte est fermée, j'imagine que...que ça va. » Dis-je en bafouillant.

J'ai envie de pester contre ma voix qui refuse de rester neutre. Je suis complètement déchiré intérieurement. Une partie de moi voudrait se jeter sur lui et arracher cette vilaine chemise qui me cache son torse, alors que l'autre est prête à ouvrir la vitre et sauter dans le jardin depuis le balcon du premier étage pour échapper à cette épreuve effrayante. Car oui, je suis terrifié. Je ne me reconnais pas. Je ne suis plus celui que je pensais être. Ce nouvel homme que j'incarne m'inquiète, il est plus sauvage et indécis. Le regard de Wyatt me brûle. Je peux presque lire dans ses pupilles toutes les choses qu'il rêve de me faire. Mes mains tremblent et j'ignore si c'est dû à la panique ou à l'envie. Finalement, mon esprit vient à prendre une décision. J'ai pas assez de muscles pour supporter une chute de plusieurs mètres. La seule issue, c'est la porte qui se trouve derrière mon professeur d'art. Obstacle particulièrement imposant. Je n'ai pas tellement le choix. Les joues rougies par la honte, je déboutonne délicatement ma chemise, faisant sauter les boutons un à un. Mes yeux se baissent vers le sol. Je n'ai pas la force de croiser son regard gourmand. Rien que comme ça j'ai la sensation de passer sous un rayon X. C'est assez gênant. Complètement acculé et fragilisé, je lance doucement ma chemise sur mon tabouret de bureau. Je croise mes bras sur ma poitrine, inquiet de ce que Wyatt va bien pouvoir penser de moi.

©️ one more time.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: JEREMY & WYATT - Chapitre II : « Work hard, play hard. » [+18]   

Revenir en haut Aller en bas
 

JEREMY & WYATT - Chapitre II : « Work hard, play hard. » [+18]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]
» 05. The games we play
» Guide pour étoffer votre rôle-play
» Nano. Role Play !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
+ THE TOWN :: la kermesse :: #12 Les Riley-